Réduisez vos impôts grâce au déficit foncier

Réduisez vos impôts grâce au déficit foncier
partage(s)

Le système du déficit foncier est particulièrement intéressant dans le cadre d’un investissement locatif, à rénover. Il permet en effet de limiter sensiblement le montant de ses impôts, tout en étant cumulable avec d’autres systèmes de défiscalisation. Faites vos calculs !

Le dispositif du déficit foncier est parfois méconnu des investisseurs. Pourtant, il peut se révéler particulièrement intéressant, d’autant qu’il n’entre pas dans le plafonnement des niches fiscales. En pratique, le système du déficit foncier permet de déduire le montant des travaux réalisés pour l’aménagement du logement des revenus fonciers perçus. De quoi maximiser la rentabilité d’un investissement locatif. Et, parce qu’il aide à amortir le coût des travaux réalisés pour la remise en état d’un logement loué, ce système permet également d’inciter à la mise aux normes d’habitabilité et énergétique des logements. De quoi valoriser les biens concernés et limiter les risques d’obsolescence des bâtiments. 

Comment profiter du déficit foncier ?

Vous êtes propriétaire d’un bien loué ou vous avez investi dans une SCPI « Déficit foncier » et des travaux de rénovation ont été engagés ? Grâce au dispositif du déficit foncier, vous pouvez faire disparaître une partie de vos revenus fonciers imposables, dans une limite de 10 700 € par an. Au-delà, sachez que ce déficit est reportable durant 10 ans, dans les mêmes limites annuelles. Avantage de ce système : il est cumulable avec les autres dispositifs de réductions d’impôts existants tels que les systèmes loi Pinel ou loi Malraux, entre autres. 

Bon à savoir

  • Pour bénéficier du dispositif du déficit foncier, il vous faudra opter pour le régime d’imposition au réel.
  • Ce dernier est obligatoire si le montant des loyers perçus est supérieur à 15 000 € par an.
  • En deçà, c’est à vous d’en faire la demande auprès de l’administration fiscale. Car, par défaut, vous serez rattachés au régime micro-foncier, qui peut, dans certains cas, se révéler moins avantageux. A vous de faire vos calculs et d’opter pour le régime le plus intéressant !

Quelles sont charges déductibles ?

Parmi les charges déductibles des revenus fonciers : les dépenses de réparation et d’entretien financées par le propriétaire, les primes d’assurances obligatoires, ou encore les provisions pour dépenses ainsi que certains impôts (principalement la taxe foncière). Les intérêts d’emprunts contractés pour la conservation, l’acquisition, la construction ou la rénovation des propriétés sont également déductibles, tout comme les frais de gestion.

Conseils SeLoger

Si le système du déficit foncier présente de nombreux avantages, vous devez toutefois être particulièrement vigilant concernant les périodes de vacances des logements. En effet, pour que les déficits fonciers soient imputés définitivement, vous devez louer le bien en question jusqu’au 31 décembre de la 3e année suivant celle au titre de laquelle a été imputé le déficit. Attention, à défaut, l’avantage fiscal peut être remis en cause et vous risquez un redressement fiscal sur plusieurs années. Si vous optez pour le dispositif de déficit foncier, à vous de faire en sorte d’éviter cette situation.

Vous pouvez déduire jusqu'à 10 700 € de vos revenus imposables

Le déficit foncier est un régime de droit commun qui permet de profiter d’avantages fiscaux, en dehors du plafonnement des niches fiscales. D’ailleurs, contrairement à ces dernières, il n’est pas revu chaque année. Autre atout, le déficit foncier peut s’appliquer à un très vaste éventail de villes et de biens immobiliers. Ainsi, par exemple, contrairement à certains régimes de défiscalisation de logements neufs, l’investisseur peut, ici, louer son bien à un membre de sa famille. De même, le dispositif de déficit foncier peut s’appliquer sans aucune contrainte géographique, contrairement au dispositif Pinel ou à la loi Malraux. Enfin, la défiscalisation peut être très importante selon la tranche d’imposition du contribuable.

Rappelons, en effet, qu’il est possible de déduire de son revenu imposable jusqu’à 10 700 €. Dès lors, plus le taux marginal d’imposition sera élevé et plus l’avantage fiscal sera important. Réaliser des travaux dans le cadre du déficit foncier est donc une stratégie payante qui permet de bénéficier de retours fiscaux plus qu’avantageux. D’autre part, notons également que ce système aide à se positionner sur un patrimoine immobilier à forte valeur ajoutée, notamment sur des biens situés dans des immeubles anciens du centre-ville, entre autres.

Les points clés à retenir : 

  • Un système en dehors des niches fiscales.
  • Un dispositif intéressant si vous achetez un bien locatif à rénover.
  • Plafond : 10 700 € par an, reportable sur 10 ans, au-delà de ce plafond

La rédaction vous conseille :