L’école de demain ? Elle existe déjà à Tokyo

partage(s)

A l’heure où les structures écolières croulent sous les diverses contraintes en matière de construction, au Japon, une école d’un genre nouveau est actuellement testée : l’école… sans obligation. Et cela, grâce à une architecture innovante.

À Tokyo, cette toute nouvelle école pour enfants fait grand bruit. Imaginée par l’architecte Takaharu Tezuka, l’édifice est circulaire et la cour principale se situe au milieu et sur le toit.

Une école entièrement circulaire pour favoriser la créativité

Le côté circulaire ? L’architecte l’a voulu pour, dit-il « encourager les enfants à garder leur créativité ». Quitte à se laisser aller « à leurs pulsions », dans le bon sens du terme. Quant au fait de mettre une piste sur le toit : « Ceux qui sont parents savent que leurs enfants adorent courir en rond, indéfiniment » répond Takaharu. De plus, nous le voulions bas, pour pouvoir toujours surveiller les activités des enfants ». D’après le directeur de l’école, le fait qu’ils courent tout le temps est naturel. La forme du bâtiment n’y est pas pour rien : « Nous n’avons même pas besoin de les entraîner. Naturellement, ils courent une fois qu’ils sont sur le toit. Et comme des « moutons » (sic), ils courent tous entre eux et se suivent. »

Takaharu Tezuka © TED

Des classes entièrement ouvertes

Les classes, sous ce même toit circulaire, n’ont pas de murs. Car d’après plusieurs études, les enfants peuvent se sentir « enfermés » dans une pièce. A chaque rentrée, les enfants participent à la création de leur classe. Non préparée, leurs professeurs leur demandent alors d’arranger la classe eux-mêmes, avec le mobilier mis à disposition, toujours pour susciter leur côté créatif. Quant au son, parfois trop élevé ? Pour l’architecte : « Le bruit est important et notre expérience a prouvé que les enfants étaient plus enclins à apprendre dans le bruit que dans le silence. » Les classes n’ont pas de murs entre elles… ni sur l’extérieur ? 

Takaharu Tezuka © TED

Si un enfant ne veut pas rester dans un coin de la classe, on le laisse s’en aller. Mais comme l’architecture globale est circulaire, il finira par toujours revenir ».

Takaharu Tezuka, architecte

Takaharu Tezuka © TED

Une cour où tout est possible

Dans la cour ? Il y a moins de protection que dans les autres jardins pour enfants. Les enfants peuvent, par exemple, grimper aux arbres sans problème. Et s’ils se blessent ? « On ne peut pas assurer un zéro risque et se blesser fait partie des apprentissages de la vie. Nous devons donc doser un risque minimal ».

Takaharu Tezuka © TED

Une entière liberté : l’éducation de demain ?

Cette révolution en matière de construction, Takaharu Tezuka la justifie ainsi : « Je pense que l’architecture est capable de changer ce monde - ainsi que la vie de gens. Et cette idée que j’ai eue, c’est pour tenter de changer celle des enfants ».

Takaharu Tezuka © TED

La rédaction vous conseille :