Ces maisons qui résistent aux promoteurs

Ces maisons qui résistent aux promoteurs
partage(s)

Un habitant de Nanning, dans le sud de la Chine, entend, coûte que coûte, rester chez lui alors qu'une véritable ville s’érige dans ce qui fut naguère… son jardin.

On les appelle les « maisons-clous ». Leur particularité ? Rester « plantées » comme un clou au milieu d’un chantier en cours parce que les propriétaires refusent d’être expropriés.

En Chine, la résistance de l’un d’eux tourne à la farce, comme on peut le voir sur la photo. Selon Francetv info, citant le Nanguo Morning News, l'habitant entêté de Nanning ne veut pas quitter son habitation. Sa maison doit être démolie et il nargue les autorités publiques au beau milieu de la route, au cœur d’un nouveau quartier en pleine construction, à la grande stupéfaction des nouveaux habitants, obligés de contourner l’étonnante bâtisse pour trouver une place de stationnement.

Impossible d’exproprier sans obtenir l’accord des occupants

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette forme de résistance n’est pas isolée à Nanning. Cela fait maintenant près de dix ans que des propriétaires entêtés résistent aux bulldozers en raison d'une compensation financière toujours incertaine. Si la propriété privée a longtemps été interdite en Chine, il est impossible d’exproprier sans obtenir l’accord des occupants. Ce qui donne des situations assez ubuesques : des maisons sur l'autoroute, encerclées de buildings, ou plus récemment un autopont obligé de contourner un immeuble à presque 360 degrés !

La rédaction vous conseille :