Un grutier démolit la mauvaise maison

Chargé de démolir une maison inhabitée à la demande du patron des jardins d'Annevoie, à Namur, il s’est trompé de cible : la maison qu'il a abattue n'était pas celle à raser !

Il s'appelle Olivier, Olivier Colot, mais lundi, il aurait pu s'appeler Gaston, ce grutier ayant démoli la mauvaise habitation : une petite maison blanche, comme celle qu'il aurait dû vraiment démolir. Ce qu'il reste de la maison détruite par erreur ? Un tas de bois, et quelques gravats !

"Il y a eu un malentendu", s'est rendu compte l'ouvrier en recevant l'appel de son patron qui se demandait s'il y avait beaucoup de gravats... sur la rue, alors que la maison effectivement détruite, en seulement 20 minutes, était bien loin de la voie.

La maison détruite était inoccupée depuis plusieurs années, mais le propriétaire envisageait de la réhabiliter. Selon l'homme "distrait", le patron a pris contact avec le propriétaire, avec lequel il devrait s'arranger.

Mais alors que l'homme qui a commis "l'irréparable" regrette les informations peu claires et la rapidité de l’exécution, certains voisins des jardins d'Annevoie sont persuadés qu'il ne s'agit pas d'une méprise, mais d'un passage en force, le gestionnaire, qui a acquis deux bâtiments (L'Eden, un ancien restaurant, et une maison, rasée pour agrandir le domaine), ayant apparemment souhaité, depuis plusieurs années, racheter la maison aujourd'hui détruite, en vue de la démolir. Mais l'homme d'affaires a promis de reconstruire à l'identique la maison rasée.

Les propriétaires lésés devront cependant régulariser leur situation en faisant une demande de démolition, préalable au nouveau permis de bâtir.

Lire aussi :