Dormir dans un tableau de Van Gogh pour 9 € la nuit, ça vous dit ?

Dormir dans un tableau de Van Gogh pour 9 € la nuit, ça vous dit ?

Vous êtes fan de l’impressionnisme ? Vous ne pouvez pas passer à côté de l’occasion de dormir dans un tableau de Vincent Van Gogh… ou en tous cas dans sa réplique, aménagée par l’Art Institute of Chicago et mise en location sur le site Airbnb.

La chambre du tableau reproduite à l’identique

Voilà une réplique du tableau « La chambre à coucher » plutôt bluffante, puisqu’il s’agit d’une chambre réelle, aménagée comme le célèbre tableau du peintre néerlandais, Vincent Van Gogh. Aucun détail n’a été oublié : les tableaux accrochés au mur, la chaise, la serviette, les vêtements, le nécessaire de toilettes… on retrouve trait pour trait les mêmes accessoires, couleurs et effets de lumière que dans le tableau de Van Gogh. Cette chambre a été aménagée par l’Art Institute of Chicago, qui consacre actuellement une rétrospective Van Gogh.

Chambre Van Gogh

Bon à savoir

« La chambre à coucher » est mise en location sur le site Airbnb.

Chambre Van Gogh

Louez cette chambre pour 9 € la nuit seulement !

Grâce à cette campagne de communication pour le moins surprenante et ingénieuse, le musée de Chicago espère attirer de nombreux visiteurs, et le pari semble gagné. En effet, le prix de la location pour cette chambre est de 9 € la nuit seulement : il a donc suffi de quelques heures pour que les réservations du mois de février affichent complet. Et face à un tel succès, le musée doit commencer à s’organiser face aux demandes qui affluent pour le mois de mars.

Chambre Van Gogh

Vincent Van Gogh, un peintre maudit..

Considéré comme un peintre maudit, Vincent Van Gogh a réalisé le tableau « La chambre à coucher » en 1888, à Arles, comme nous l’évoquent les couleurs de la peinture. Ce célèbre tableau est habituellement exposé au musée Van Gogh, à Amsterdam.

Chambre Van Gogh

Want to spend a night in one of the world’s most famous paintings? In celebration of our upcoming exhibition Van Gogh’...

Posté par The Art Institute of Chicago sur lundi 8 février 2016

La rédaction vous conseille :