Construction ou rénovation : comment choisir son isolation thermique ?

Construction ou rénovation : comment choisir son isolation thermique ?
partage(s)

Des murs mal isolés représentent 16 % de déperdition de chaleur. Construction ou rénovation, il est essentiel de bien isoler son logement. Solution à la fois écologique et économique, l'isolation permet de réaliser des économies considérables d’énergie. 

Une bonne isolation thermique, ce sont des belles économies d’énergie 

La réglementation thermique (RT 2005 puis RT 2012) est applicable depuis le 1er septembre 2006 et concerne les normes de construction d’isolation des logements neufs. Depuis qu’elle est mise en place, elle a permis de réduire de 50 % la consommation d’énergie dans les logements neufs. Pour bien isoler son logement, il n’est pas nécessaire de surcharger la matière isolante : il faut plutôt viser l’uniformité, d’où l’importance de compléter l’isolation thermique par la pose de fenêtre double vitrage et d’une bonne ventilation, pour éviter les effets de condensation et d’humidité. 

Bon à savoir 

Avant 1974, les réglementations thermiques n’existaient pas. Un logement construit avant 1974 n’est donc pas forcément isolé, d’où la nécessité d’effectuer des travaux de rénovation. 

Choisir son isolation thermique en fonction de ses besoins 

 Vous souhaitez isoler votre logement ? Deux solutions s’offrent à vous :

  1. L’isolation intérieure est conseillée en cas de rénovation : elle permet de ne pas modifier la façade. Bémol, elle réduit la surface d’habitation.
  2. L’isolation extérieure quant à elle est préférable dans le cas de construction de logement neuf : elle est efficace à condition que les contraintes architecturales ne soient pas trop importantes.

Dans tous les cas, les parois ainsi que le toit sont à bien isoler. Le choix des matériaux dépend davantage de préférences personnelles liées à des critères comme la performance thermique, la facilité de pose ou bien encore le prix. 

Déperditions énergétiques pour une maison non isolée
Les toits nécessitent une résistance thermique plus forte que les murs et les sols. © Tout sur l'isolation 

Laines minérales, végétales ou synthétiques, c’est selon votre budget

Les matières isolantes se distinguent en trois grandes catégories : laines minérales, laines végétales ou bien synthétiques. Les matières minérales sont les plus utilisées : laine de verre, de roche ou bien encore de verre cellulaire, elles sont peu coûteuses, isolent bien et sont naturellement résistantes à l’humidité et non combustibles. Les laines végétales, comme la laine de bois ou de chanvre, isolent également très bien, mais sont plus chères et nécessitent d’être ignifugées et traitées contre l’humidité. De plus, elles contiennent généralement plus de 20 % de polyester pour obtenir l’effet laineux désiré. Quant aux laines synthétiques, elles sont de performants isolants thermiques, mais elles isolent cependant très mal du bruit et s’avèrent toxiques en cas d’incendie. 

Comparatif des prix des isolations
 Il est essentiel d'analyser la résistance thermique d'un matériau avant tout achat. © Tout sur l'isolation 

Les différentes aides pour isoler votre logement

La première source des dépenses des Français en termes énergétiques est le chauffage. Réaliser des travaux d’isolation thermique, c’est faire baisser la consommation d’énergie, démarche largement favorisée dans le cadre de la transition énergétique. Vous pouvez par exemple bénéficier du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui propose aux particuliers un taux de réduction d’impôt de 30 % pour les travaux qui ont pour but de diminuer la consommation d’énergie dans leur résidence principale. Pour les propriétaires occupants, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) peut financer jusqu’à 50 % des montants des travaux, pour un logement achevé depuis plus de 15 ans, et selon des conditions précises. La prime énergie calculeo peut quant à elle couvrir jusqu’à 20 % des travaux, versés directement sous forme de chèque.