Fin de la trêve hivernale : 40 000 foyers susceptibles d’être expulsés !

Fin de la trêve hivernale : 40 000 foyers susceptibles d’être expulsés !

Aujourd'hui, 31 mars, c'est la fin de la trêve hivernale dans le logement. 30 000 à 40 000 foyers seraient dans l’incapacité d’honorer leur loyer et susceptibles d’être expulsés.

Des locataires dans l'impossibilité de payer leur loyer 

Le Réseau stop aux expulsions logement (Résal) a fait le calcul : « En moyenne, on estime de 30 000 à 40 000 le nombre de foyers en France susceptibles d’être expulsés dès vendredi », sur un total d’environ 190 000 décisions de justice pour impayés, selon les calculs du Réseau stop aux expulsions logement (Résal) pour 2015. « Perte ou changement d’emploi, séparation, changement de situation de famille, problèmes de santé et surendettement sont autant de raisons qui entraînent des impayés, à l’origine d’un décrochage », écrit Le Figaro.

Bon à savoir

D'après le dernier bilan de la Fondation Abbé Pierre, près de 15 millions de Français sont touchés par la crise du logement.

Mettre en oeuvre une vraie politique de prévention

C’est un combat sans relâche que mène la Fondation Abbé Pierre. « Chaque année, on se contente de dire que la trêve hivernale commence ou s’arrête, mais on n’est pas capable d’être dans une dynamique qui nous permette de protéger les plus fragiles », déplore auprès de l’AFP Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Ce dernier regrette qu’on ne puisse pas « mettre en oeuvre une politique de prévention » pour aider ces familles à payer « leurs dettes en cas d’impayés de loyers, trouver une autre solution de logement, leur ouvrir le droit au logement opposable ». Pour la Fondation Abbé Pierre, il faut intervenir en amont, dès le deuxième ou troisième impayé, et ne pas attendre un an pour que les pouvoirs publics réagissent.

Bon à savoir

La Ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a annoncé le lancement d’un plan national de prévention des expulsions locatives, et l’installation définitive de 2 300 places supplémentaires d’hébergement d’urgence portant leur nombre à 112 300.

La rédaction vous conseille :