Impôts locaux 2016 : une hausse de 1 % dans deux tiers des communes

Impôts locaux 2016 : une hausse de 1 % dans deux tiers des communes

La hausse des impôts locaux semble moins importante que prévue, avec en moyenne + 1 % par rapport à l'année dernière. Toutefois, certaines villes comme Nantes se distinguent par des augmentations significatives. 

Certes, les impôts locaux ont encore augmenté mais beaucoup moins que certains observateurs le redoutaient. Face à la réduction des dotations financières de l’Etat en direction des collectivités territoriales, le risque était que ces dernières cherchent à compenser le manque à gagner en recourant au levier fiscal. Finalement, conscients que les ménages les attendaient au tournant en cette année pré-électorale, les élus l’ont joué discret.

Chiffres clés

La hausse s'établit en moyenne à 1 % dans les deux tiers des communes, soit la revalorisation des bases votée au Parlement en loi de finances 2016, selon un bilan annuel établi par le Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales.

Une stabilité surprenante des impôts locaux

La hausse des impôts locaux reste moins importante que celle observée l’année dernière, de l’ordre de 1,8 %. Une stabilité qui surprend Nicolas Laroche, délégué général du Forum, assurant que les élus auraient pu justifier une hausse des taux ou une révision à la baisse des abattements, au regard notamment de « l'évolution de leurs finances à cause de la baisse des dotations et des surcoûts liés, par exemple, aux nouveaux rythmes scolaires », commente-t-il dans le quotidien économique.

Bon à savoir

La hausse de la taxe d'habitation est de 3 à 82 € et de 6 à 147 € pour la taxe foncière. 

Nantes se démarque avec une hausse allant jusqu'à 14,5 %

Nantes a décidé d'augmenter les impôts locaux des ménages en 2016 afin de poursuivre ses investissements. Pour un couple avec deux enfants, cette hausse se traduit par une hausse de la taxe d’habitation et de la taxe foncière de respectivement 6,5 % et 14,5 %.

Bon à savoir

A l'inverse de Nantes, Caen et Nice, ont préféré baisser les impôts locaux. D'après un article publié par « Les Echos »,  ces deux villes dirigées par des maires de droite auraient « fait de la baisse d'impôt une priorité de mandat ».

  • Hausses modérées des impôts locaux en 2016
Taxe habitation - France 2016
© Forum pour la Gestion des villes et des Collectivités Territoriales