Les primo-accédants misent sur la solidarité familiale pour acheter

10 fév 2015
mis à jour le
04 juil 2019
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Devant la flambée des apports (68 808 € en moyenne, en France*) exigés par les banques avant de financer un achat immobilier, de plus en plus de primo-accédants ont recours à la solidarité familiale.

Image
Les primo-accédants misent sur la solidarité familiale pour acheter
En 10 ans, l'apport pour acheter un bien immobilier a été multiplié par deux. Pour obtenir une telle somme, les primo-accédants se tournent vers leurs familles. © goodluz

Sommaire

L’apport, un passage obligé vers la propriété

Bien qu’aucun texte ne l’impose expressément, le recours à l’apport, en cas de demande de prêt immobilier, est devenu monnaie courante. S’il était possible, il y a encore une dizaine d’années, d’emprunter sur une très longue durée sans fournir aucun apport, aujourd’hui, les choses ont bien changé.

« À Paris, l'apport moyen est de 108 892 € »

En cause ? La stagnation des prix dans l’immobilier qui réduit les plus-values immobilières et pousse, par conséquent, les banques à demander toujours plus de garanties à leurs emprunteurs.

Le montant de l’apport personnel a presque doublé en dix ans. De 35 000 € en 2004, on est passé à 68 808 € en 2014 ».

Maël Bernier, porte-parole du site Meilleurtaux.com

De plus, il est à noter que d’importantes disparités régionales ont vu le jour. À titre de comparaison, l'apport moyen est de 108 892 € en Ile-de-France, de 36 000 € dans l'Est de la France et il avoisine les 66 000 € en région PACA.

La solidarité familiale joue désormais à plein

Parce qu’ils se trouvent le plus souvent dans l’impossibilité de débourser une telle somme (à moins d’avoir été propriétaires auparavant et encore…), la plupart des primo-accédants se tournent vers leurs familles. Prêts sans intérêts, donations… Le coup-de-pouce de leurs proches peut revêtir différentes formes.

Afin d’éviter d’éventuels conflits, il est toutefois vivement conseillé, si l’on choisit de faire jouer la solidarité familiale afin de gonfler son apport personnel, de prendre soin d’entériner l’existence du prêt et de préciser les modalités de son remboursement dans un acte notarié dûment enregistré.

Quel est le portrait-robot de l’emprunteur moyen ?

  • Somme empruntée : 178 826 €
  • Montant de l’apport : 68 808 €
  • Revenus nets : 5 237 € mensuels
  • Âge : 37,4 ans
  • Montant de la transaction : 247 634 €
  • Durée du prêt : 18,2 ans

* Source : Meilleurtaux.com

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
French

A la une !