Les taux des crédit immobiliers ont été divisés par 3 en 10 ans !

Les taux des crédit immobiliers ont été divisés par 3 en 10 ans !

Bonne nouvelle pour les emprunteurs ! Au printemps 2018, les taux de crédit immobilier sont orientés à la baisse. Ils s’approchent même de leur plus bas niveau historique, à 1,55 % sur 20 ans en moyenne. 

Crédit immobilier : les taux sont à la baisse en avril

En avril, une dizaine de banques ont baissé leurs taux de crédit (de 0,05 % à 0,2 %) quand d’autres les ont laissés inchangés. Ainsi, les taux moyens sont actuellement à 1,35 % sur 15 ans, 1,55 % sur 20 ans et 1,75 % sur 25 ans, mais au mieux, il est possible de négocier des taux à 0,8 % sur 15 ans, 1,15 % sur 20 ans et 1,45 % sur 25 ans pour les meilleurs profils. En 10 ans, les taux de crédit immobilier ont donc été divisés par 3, alors que les prix ont peu évolué. Dans ce contexte, Vousfinancer, réseau de courtage en crédit, n’entrevoit pas de remontées des taux d’ici l’été. « Compte tenu de l’affaiblissement de la demande constatée en début d’année (- 20 % par rapport au 1er trimestre 2017) mais également sous l’effet de la détente des taux d’emprunt d’Etat repassés à moins de 0,7 % début avril, contre près de 1 % mi-février, les taux de crédit immobilier sont actuellement particulièrement attractifs », analyse Sandrine Allonier, porte-parole du courtier.

Taux Crédit Immobilier
Les taux sont proches des plus bas niveaux historiques de novembre 2016 (1,4 % sur 20 ans). © Vousfinancer

Le pouvoir d’achat immobilier des Français en hausse de 34 % !

La chute des taux entraine une hausse de la capacité d’emprunt de plus de 50 000 € pour une même mensualité de 1 000 € par mois sur 20 ans, et une baisse du coût du crédit de près de 80 000 € en 10 ans, pour 200 000 € empruntés. En prenant en compte la règle indiquant que la mensualité de crédit ne peut dépasser 33 % des revenus, le salaire net minimum nécessaire pour emprunter 200 000 € sur 20 ans a diminué de 1 000 €, passant de 3 933 € à 2 938 € en 10 ans. « Grâce à la baisse des taux de crédit, la part des salariés qui peuvent emprunter au minimum 200 000 € a doublé passant de 7 à 15 % des Français. Si l’on raisonne en termes de pouvoir d’achat immobilier, il est en hausse de 34 % au global car les prix n’ont finalement que peu évolué par rapport à il y a 10 ans si l’on observe les prix sur l’ensemble de la France. A Paris en revanche la baisse des taux a été plus qu’absorbée par la hausse des prix », explique Sandrine Allonier.

Traditionnellement, au printemps, période très active en matière de transactions immobilières, les banques pratiquent de fortes décotes pour capter une clientèle de nouveaux acquéreurs ».

Sandrine Allonier, porte-parole du courtier.