Les transactions immobilières en hausse sur 1 an, malgré un 1er trimestre 2018 en demi-teinte

Malgré un début d'année 2018 poussif, les notaires notent une hausse des volumes de transactions sur un an. Elle est accompagnée par une légère augmentation des prix, même si celle-ci ralentit par rapport aux mois précédents.

Transactions immobilières : un 1er trimestre 2018 moins dynamique

À fin avril 2018, le volume annuel des transactions immobilières reste à un niveau élevé. Au cours des 12 derniers mois, 953 000 transactions ont été réalisées, soit une hausse de 7 % sur un an (contre + 13 % trois mois plus tôt). En revanche, malgré cette hausse annuelle, les notaires ont constaté un 1er trimestre 2018 moins dynamique que le 1er trimestre 2017 (année de tous les records), même si un regain d’activité est constaté depuis le début du printemps. De leur côté, les mises en chantier des logements neufs ont reculé de 6 % de février à avril 2018, comparé aux trois mêmes mois de 2017. Le nombre des permis de construire, lui, a chuté de 1,9 %, selon le ministère de la Cohésion des territoires. Les mises en chantier se sont donc élevées à 97 300 unités, tandis que le nombre des permis de construire délivrés s'est établi à 114 700. Les mises en chantier ont particulièrement reculé dans le logement collectif (- 9,1 %) et dans le logement individuel groupé (- 4,1 %). Pour les permis de construire, c'est le logement individuel non groupé qui a nettement baissé (- 9,9 %) alors que le logement collectif a augmenté de 6,6 %.

Graphique Evolution Ventes
Au cours des 12 derniers mois, 953 000 transactions ont été réalisées, soit une hausse de 7 % sur un an. © CGEDD 

Chiffres clés

Selon le baromètre LPI-SeLoger, les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de plus de 11 % sur les 30 derniers mois.

Les prix de vente des logements poursuivent leur hausse mais lentement

Au 1er trimestre 2018, selon les données de l’Insee, les prix des logements anciens continuent d’augmenter mais lentement : + 1,2 % par rapport au trimestre précédent. Sur un an, la hausse des prix se poursuit également (+ 3,2 %). Cette hausse est principalement tirée par les prix des appartements (+ 4 % en un an, contre 2,5 % pour les maisons). Toutefois, si les prix des logements anciens se stabilisent ou progressent dans la majorité des départements, un quart enregistre des prix en baisse. C’est le cas de l’Aveyron, de la Dordogne, du Doubs, de l’Indre, du Loir-et-Cher, de la Haute-Loire et de l’Oise. Au niveau des grandes villes, les prix des appartements anciens restent majoritairement orientés à la hausse. Néanmoins, certaines enregistrent des baisses, comme Grenoble (- 6 %), Besançon (- 4 %) ou Saint-Étienne (- 3 %). Un constat partagé par le baromètre LPI-SeLoger : sur les 81 villes étudiées, 40 % enregistrent plus de 5 % d’augmentation sur l’année, tandis que dans 45 % des villes de plus de 60 000 habitants, les prix baissent, parfois très rapidement.

Prix Appartements France 1T-2018
Les prix à Bordeaux continuent leur envolée (+ 18 %), suivie par Lyon et Annecy (+ 10 %). © Notaires de France

Sur le littoral, les prix immobiliers sont orientés à la hausse

Le marché immobilier du littoral est un marché hétérogène, avec des communes majoritairement composées de résidences secondaires et d’autres, moins touristiques, où le marché est surtout composé de résidences principales. Dans les grands secteurs touristiques français, le prix médian au m² est orienté à la hausse et souvent supérieur à 3 000 €, dépassant même les 5 000 € à Arcachon, Roquebrune-Cap-Martin ou Bandol. Si les stations de la Côte d’Azur sont en tête de ce classement, les villes réputées du littoral Atlantique et de la Manche sont aussi concernées, notamment Biarritz (4 690 € en appartements anciens), Arcachon (5 170 €), Deauville (4 420 €) et Le Touquet (4 310 €), où le prix moyen est souvent supérieur à celui des grandes métropoles. Parmi les villes où les prix médians des appartements anciens progressent le plus, on peut citer Arcachon (+ 10 %), Pornichet (+ 10), Saint-Malo (+ 9 %), Les Sables-d’Olonne (6 %) et La Ciotat (6 %). Pour les maisons anciennes, certaines villes ont vu leur prix croître fortement sur un an. Ainsi on constate des hausse de + 15 % à Saint-Malo, + 13 % à Hyères et + 12 % à Agde et Concarneau. 

Stations balnéaires Prix Ventes
Les prix des appartements sont en baisse de 8 et 6 % à Bastia et Cherbourg. © Notaires de France

Vers une poursuite de la hausse des prix immobiliers

La projection des indices de prix à fin août 2018, réalisée à partir des avant-contrats, anticipe une poursuite de la hausse en appartements anciens (+ 2,9 % sur un an) En maisons anciennes, les prix augmenteraient également (+ 2,4 % sur un an).