Île-de-France : la région avance 3 mois d’APL pour les jeunes en difficulté

Île-de-France : la région avance 3 mois d’APL pour les jeunes en difficulté

La région Île-de-France va mettre en place plusieurs actions destinées à favoriser l’accès au logement des Franciliens les plus en difficulté. Parmi ces mesures, figure une avance de 3 mois en matière d'APL pour les jeunes précaires.

APL : des avances de trésorerie pour les jeunes précaires

Le conseil régional d'Île-de-France a signé un accord avec la Fédération des acteurs de la solidarité Île-de-France (FAS), pour poursuivre le dispositif régional destiné à soutenir l'action des organismes d'insertion par le logement, en vue de la sécurisation d'un parc d'environ 7 000 logements pour ménages défavorisés. Mais, selon la Banque des Territoires, cet accord prévoit surtout d'élargir ce partenariat, à titre expérimental, à « la problématique des jeunes en situation précaire qui rencontrent des difficultés particulières d'accès au logement, principalement grâce à la mise en place d'une avance en matière d'APL ». Ainsi, une enveloppe de 486 000 euros est prévue pour financer les avances de trésorerie et pour assurer les avances de 3 mois au titre de l'APL (aides au logement), en faveur des jeunes en difficulté d'accès au logement. La création d'un fonds d'indemnisation pour les jeunes qui perdent leurs droits aux APL est également envisagée.

Vidéo : l'Île-de-France veut aider les jeunes précaires à se loger

Plus de 500 logements pour les femmes victimes de violences

Une autre convention signée avec Action logement prévoit la mise à disposition de 500 logements au bénéfice des « femmes victimes de violences quotidiennes ». Cette convention a également pour objectif de mobiliser du foncier pour loger des professionnels de santé (infirmières, aides-soignantes), sécurisant ainsi la santé des Franciliens dans une région qui peine à recruter notamment en raison de la difficulté d'accès au logement. Ainsi, 10 000 logements devraient être proposés dans les 5 prochaines années (pour un accroissement des effectifs estimé à 30 000 postes sur la même période). Enfin, pour lutter contre les marchands de sommeil, la région envisage de « racheter des pavillons qui sont transformés en logements sociaux pour empêcher les marchands de sommeil de s'y installer ». Selon la Banque des Territoires, une enveloppe de 80 millions d'euros sera affectée à cette fin.

Bon à savoir

Pour rendre plus visibles les aides, Action logement et la région vont développer une plate-forme et une application à destination des étudiants, des apprentis et des alternants.