03 oct 2014
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le « fini-parti », c’est terminé. Cette pratique des éboueurs marseillais est considérée, depuis longtemps, comme l’un des facteurs de la saleté endémique de la ville.

Image
Marseille mène le combat de la propreté
Dans le centre-ville de Marseille, les habitants espèrent que les rues seront rapidement plus propres. © Wikimédia Commons

Sommaire

Les rues de Marseille seront-elles, dans un proche avenir, plus propres qu’elles ne le sont aujourd’hui ? La justice vient de mettre un terme au « fini-parti ». Cette pratique leur permettait de partir dès leur tournée terminée. Cette évolution est liée au résultat de l'annulation, le 26 avril 2014, d'un règlement intérieur de la communauté urbaine de Marseille par la cour administrative d'appel.

Les éboueurs travaillaient 3h30 par jour !

Un rapport de la cour régionale des comptes avait mis en évidence, en 2007, que l'autorisation faite aux 500 éboueurs marseillais de quitter leur poste dès leur service terminé, sans considération d'horaire, aboutissait à une présence journalière de 3h30.

Un temps sans doute insuffisant pour faire de Marseille une ville propre. La fin du « fini-parti » devrait donc avoir des effets visibles dans les rues de Marseille. C’est en tout cas ce qu’espèrent les Marseillais…

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
French

A la une !