Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Nice : « la majorité des locations concerne des résidences principales »

Franck Depreeuw, directeur de La Maison Oréa – Branche immobilière du groupe Ippolito, à Nice, dans le département des Alpes-Maritimes, témoigne de la vitalité du marché immobilier sur la Côte d’Azur.

Nice : « la majorité des locations concerne des résidences principales »

Quel est l’état du marché immobilier de Nice actuellement ? Est-ce que vous avez eu un bon volume de vente cette année malgré la crise ?

Le marché immobilier de Nice s’est très bien porté à la suite du premier déconfinement. L’attrait important de la ville ne se dément pas. L’agence a connu une évolution constante malgré les deux mois à l’arrêt en mars et avril, +75 % par rapport à l’année 2019. Ce fut donc une très bonne année, mais tout est relatif : nous avons ouvert notre agence en janvier 2019, 2020 était donc notre deuxième année d’activité pleine.

La crise sanitaire et les confinements successifs ont-ils impacté les prix ?

Lors du premier confinement, la question était de savoir comment allait se porter le marché immobilier en France. On a alors vu croître l’intérêt pour les villes périphériques moyennes dans notre région. Le marché de la Côte d’Azur est un cas à part qui suscite toujours de l’intérêt, le marché s’est donc bien porté. Je suis confiant quant au maintien des prix sur Nice et les alentours.

Bon à savoir

4 680 € : c'est le prix au m² à Nice pour devenir propriétaire.

Ces événements ont-ils affecté le marché de l’immobilier dans votre secteur ?

La conséquence la plus notable est celle de la désertification des étrangers. Lorsqu’ils sont présents, nous rencontrons des difficultés dans la gestion des dossiers. Nous avons, par exemple, des clients italiens bloqués dans leur pays et qui ne peuvent pas se rendre sur place, ce qui ne facilite pas les réalisations. D’un autre côté, nous avons eu l’opportunité de nous saisir de tous les moyens digitaux que nous avons en notre possession. Les visites virtuelles en live nous ont notamment permis de réaliser une vente à distance avec une cliente basée aux États-Unis. Nous remarquons enfin que les critères des acheteurs se sont affirmés : les gens ont besoin d’un logement ensoleillé, si possible avec un extérieur.

« La pandémie a provoqué la stagnation des prix sur le marché immobilier à Nice »

Franck Depreeuw, directeur de La Maison Oréa – Branche Immobilière du groupe Ippolito à Nice

Pourquoi est-ce important de faire appel à un professionnel pour vendre son logement ?

Il est plus que jamais conseillé de passer par un professionnel pour plusieurs raisons : la période délicate que nous traversons nécessite de bien qualifier les acquéreurs et d’organiser les visites dans le plus grand respect des règles sanitaires. Enfin, le gain de temps aujourd’hui est primordial auprès de nos mandants.

Quelles sont les perspectives d’évolution du marché cette année à la suite du deuxième déconfinement ?

Le marché de Nice s’est très bien porté cette année malgré les confinements successifs. La pierre reste une valeur refuge et notre région est extrêmement prisée. L’attrait pour la ville va perdurer même si aujourd’hui les étrangers ont des grandes difficultés à s’y projeter. Je suis donc extrêmement optimiste quant à l’avenir du marché immobilier de Nice, car les gens sont à la recherche d’une vie plus agréable sur la Côte d’Azur. Enfin, de nombreux indicateurs sont très favorables. Durant le mois de janvier, les banques ont encore baissé leurs taux, ce qui signifie que les conditions d’accès au crédit facilitées vont favoriser le marché.

Franck Depreeuw © SeLoger
Franck Depreeuw, Directeur de La Maison Oréa
Maison Oréa, 10 Avenue Félix Faure, 06000 Nice