Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Rémi Niedzielski : « A Montpellier, les biens immobiliers d’investissement sont pris d’assaut »

Rémi Niedzielski : « A Montpellier, les biens immobiliers d’investissement sont pris d’assaut »

Après deux mois de quasi-arrêt, le marché immobilier semble repartir sur de très bons rails à Montpellier. Évolution des prix, impact du télétravail sur les critères de recherche... le « jours d’après » vu par Rémi Niedzielski, Manager Régional de Homki immobilier.

En cours de chargement...

Quelles répercussions la crise sanitaire pourrait-elle avoir sur le marché immobilier de Montpellier ?

Montpellier est déjà depuis quelques années le paradis des investisseurs immobiliers, des Franciliens et des retraités fortunés originaires du Benelux. La démographie de la métropole montpelliéraine est également l’une des plus dynamiques de France. La population est jeune et de catégories sociales professionnelles plus élevées que la moyenne nationale. Toutes les conditions sont donc réunies pour que le marché immobilier fonctionne à merveille. Après deux mois embrouillardés par le Covid-19, la première semaine de déconfinement annonce un avenir faste pour l'immobilier à Montpellier et sa région. Nous notons déjà quelques changements et amplifications de phénomènes déjà perçus auparavant. Les biens d'investissement sont pris d’assaut, certains Montpelliérains envisagent de quitter leurs beaux appartements du centre-ville pour se mettre au vert et les candidats au soleil du nord de l’Europe et d'Île-de-France sont de plus en plus nombreux. En conclusion, la demande est là et s'élargit en dehors des limites urbaines.

Doit-on s'attendre à une baisse du prix immobilier à Montpellier suite à cette crise ?

La crise sanitaire ne semble pas avoir raison des prix de l'immobilier à Montpellier. L'évolution des prix semble disparate en fonction de la typologie des biens, mais rarement à la baisse. On peut noter une hausse des prix pour les biens d'investissement. L’accroissement de la demande s'ajoute ici sur un marché déjà très tendu avant le confinement. En centre-ville, le grand jeu des chaises musicales s’amorce. Les couples avec enfants souhaitent changer de vie. Ils sont susceptibles de vendre des appartements, là où le marché était paralysé depuis des années. La liste d'attente est longue : retraités, célibataires, investisseurs et jeunes actifs vont probablement enfin trouver chaussures à leurs pieds. Nous devrions également constater des transactions facilitées sur les secteurs situés hors des limites urbaines, et probablement une hausse du prix immobilier à Montpellier.

« Les maisons hors des limites urbaines voient arriver de nombreux acquéreurs. »

Rémi Niedzielski.

Quels conseils donner à celles et ceux qui voudraient concrétiser rapidement leur projet maintenant que la reprise est bien réelle ?

Il faut aller vite. De toute évidence, cette crise sanitaire n'a rien de comparable à la crise financière de 2008. A l'époque, nous nous sommes tous pris un mur. Aujourd'hui, il n'y a pas eu d’arrêt pendant une période où pourtant nous ne pouvions pas aller sur le terrain. La reprise est rapide. De nombreuses opportunités arrivent et il va falloir savoir les saisir rapidement. Les investisseurs savent déjà être réactifs, mais les particuliers doivent apprendre à se faire plaisir si leurs choix sont de se mettre au vert ou d'acquérir enfin l'appartement tant attendu en centre-ville. Les prix ne s'écrouleront pas. Ils ne doivent donc pas laisser pas passer l’opportunité de s’offrir leur choix de vie.

En quoi la banalisation du télétravail pourrait-elle faire évoluer le rapport des Français à l'immobilier et modifier l'ordre de leurs priorités ?

La crise sanitaire entérine une dynamique déjà en marche depuis quelques temps. On ne réfléchit plus son achat immobilier en fonction de son travail mais en fonction de sa qualité de vie. Néanmoins, il faut investir à proximité des axes de déplacement. La région de Montpellier bénéficie d'une situation stratégique exceptionnelle en Europe. Au carrefour des axes autoroutiers de la vallée du Rhône, de la méridienne, de l'entre-deux mers et de la Languedocienne catalane. Les liens avec Paris, Lyon, Milan, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Barcelone sont scellés dans le bitume. Aussi, les grandes gares TGV d'Avignon, Nîmes, Montpellier et Perpignan sont un atout indéniable. La région montpelliéraine n'a pas fini d'être attractive. Cette banalisation du télétravail et cette crise remettent également en question la relation des clients avec les agences immobilières. La digitalisation et les services digitaux des agences deviennent indispensables.

« Montpellier, temple de l'industrie de la Tech et des services devrait voir ses quartiers d'affaires du millénaire Odysseum vidés de ses cols blancs ».

Rémi Niedzielski.

Suite à cette crise, l'immobilier sera-t-il, plus que jamais, une valeur « refuge » ?

Plus que jamais, oui ! Le comportement des investisseurs aux prémices de ce déconfinement le confirme. Mais, bien au-delà d'un simple placement financier, le télétravail et les nouveaux modes de vie, qui nous attendent, devraient permettre à nombre d'entre nous d'investir dans une résidence principale pour du long terme. Le temps étant l'ami d'un bon placement immobilier, la pierre est devenue la valeur refuge numéro 1 des Français.

Rémi Niedzielski. © Homki
Rémi Niedzielski
Rémi Niedzielski, Manager Régional Homki immobilier Montpellier et Hérault.