Acheter avant de vendre son logement ou vendre avant d'acheter ?

Acheter avant de vendre son logement ou vendre avant d'acheter ?

Vous voulez vendre votre logement et en acheter un autre mais vous ne savez pas dans quel sens vous y prendre. Pour vous aider à y voir plus clair, SeLoger vous donne les avantages et les inconvénients de chaque solution.

Avant toute chose, définissez bien votre projet immobilier

Avant toute démarche, il convient de définir son projet en se posant les bonnes questions. Le but est notamment de réfléchir au financement de la nouvelle acquisition. Le nouveau logement recherché coûtera-t-il plus cher que l’ancien, en tenant compte des frais de notaire ? Attention à penser également aux éventuels frais de rénovation. Si le nouveau logement est plus cher, la différence pourra-t-elle être financée par un apport personnel ou faudra-t-il avoir recours à un prêt immobilier ? Surtout, après la vente du logement actuel, puis le remboursement du capital restant dû sur le prêt précédent, combien restera-t-il pour financer la nouvelle acquisition et donc de quel montant sera le nouvel emprunt ? Dans le cadre d’un projet de construction, quels sont les délais estimés avant de pouvoir habiter le bien ? Dans tous les cas, il est conseillé de définir un budget maximal et de se rapprocher sans tarder de son banquier pour envisager les solutions de financement les mieux adaptées.

Faut-il vendre avant d'acheter son bien immobilier ?

Vendre puis acheter ou acheter puis vendre son logement ?

Avec le démarrage des recherches, se pose la question de savoir s’il faut d’abord vendre son ancien logement avant d’acheter le nouveau logement ou procéder en ordre inverse. Ces deux solutions sont envisageables et comportent leurs propres avantages et inconvénients :

  1. Vendre avant d’acheter permet de définir avec exactitude son apport personnel et surtout d’éviter le remboursement de deux emprunts simultanés si l’ancien logement n’était pas encore entièrement financé. En contrepartie, cette solution nécessite de trouver un logement temporaire (location, famille, amis) pour assurer la période de transition, en louant éventuellement un emplacement pour stocker les meubles et les cartons du déménagement.
  2. Cette contrainte est évitée si l’on achète son nouveau logement avant de vendre l’ancien. Il est alors souvent nécessaire d’avoir recours à un prêt relais en complément d’un prêt amortissable « classique ». Cette seconde solution est généralement préférée à la première pour éviter d’être sans résidence principale pendant plusieurs mois et pour assurer une transition plus progressive entre les deux logements.

Bon à savoir

Pour faciliter la période de transition, il est souvent possible de négocier avec son acheteur ou son vendeur pour rester quelques jours ou semaines de plus dans son ancien logement ou emménager dans son nouveau logement avec quelques jours ou semaines d’avance.

Comment vendre en toute simplicité ?

Pour vendre son ancien logement, il est fréquent d’avoir recours à une agence immobilière, qui prend en charge les aspects à la fois opérationnels (recherche d’un acquéreur, organisation des visites) et administratifs (diagnostics immobiliers préalables, signature du compromis de vente). Le propriétaire peut alors avoir recours à un mandat simple, qui lui laisse la liberté de faire appel à plusieurs agences immobilières et de rechercher lui-même un acheteur en parallèle ou un mandat exclusif, qui lui permet de déléguer la vente du bien à une seule agence. De nombreux vendeurs préfèrent avoir recours à un mandat simple en partant de l’idée que le bien aura plus de chances d’être vendu en étant poussé par plusieurs réseaux d’agences. Toutefois, l’expérience montre que les biens immobiliers mis en vente par le biais d’un mandat exclusif ont tendance à trouver un acquéreur plus rapidement qu’avec un mandat simple, l’agence mandatée étant alors plus active dans la recherche d’un acheteur.

Bon à savoir

Dans tous les cas, les transactions doivent d’abord faire l’objet d’une signature de compromis avant de procéder à la signature finale de la vente du bien devant notaire, généralement dans les 3 mois suivant la signature du compromis.