« À Rouen, la crise sanitaire a fait exploser les ventes de logements »

12 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Rouen séduit autant les étudiants, avec ses pôles d’enseignement majeurs, que les actifs, en quête d’une qualité de vie supérieure en ville. Grégory Permentier, responsable de l’agence Bias Immobilier, de Rouen, nous parle du marché de son secteur qui a explosé dernièrement.

Image
gros-horloge-rouen-seloger
Avec la crise de la Covid-19, l’engouement pour Rouen ne s’est pas démenti. © Catarina Belova – Shutterstock

Pouvez-vous me donner des exemples de prix à Rouen ?

Ces prix sont à prendre à titre d’exemple et ne représentent en aucun cas une vérité absolue. La ville de Rouen étant très grande, les prix peuvent varier du simple au double, voire au triple selon le type de bien et surtout son emplacement. Les studios se vendront essentiellement autour des 65 000 €, avec des prix plancher à peut-être 45 000 - 50 000 €, mais aussi des prix plafonds pouvant aller jusqu’à 150 000 €. Quasiment le prix d’un T3 finalement ! Pour un T2, il faut compter environ 90 000 € et pour un T4, environ 250 000 €. 

Quand est-il du marché de la location ?

Les studios sont les biens les plus recherchés par les étudiants, nombreux à Rouen. Le montant moyen mensuel d’un loyer pour ce type de bien oscille entre 330 € et 490 € par mois. S’il est difficile de trouver en dessous de cette fourchette, il est cependant très facile de trouver bien plus cher ! En fonction du standing de l’appartement, de s’il est meublé ou non et de sa situation dans le centre de Rouen, certains loyers peuvent s’élever à 690 - 700 € par mois.

Le prix au mètre carré à Rouen est de 2 600 €/m², environ.

Le marché immobilier de Rouen est-il soumis à la saisonnalité ?

Non, il n’y a pas forcément de moment pour vendre ou acheter ici. Chacun y voit ses avantages. Certains préfèrent acheter en automne/hiver, car cela leur permet de voir si le bien est humide ou froid, quand d’autres préfèrent vendre au printemps ou en été parce que les biens sont davantage mis en valeur par leurs extérieurs et plus sujets aux coups de cœur.

La crise sanitaire a-t-elle impacté le marché de votre secteur ?

La pandémie et les confinements successifs ont révélé chez de nombreux locataires l’envie et le besoin d’être propriétaire. Ils se sont rendu compte qu’ils se seraient sentis mieux s’ils étaient véritablement chez eux, tandis que de nombreux propriétaires se sont au contraire rendu compte qu’ils n’étaient pas si bien que ça chez eux et ont voulu changer. Cependant, n’ayant aucune visibilité sur l’avenir proche de la situation, de nombreux vendeurs potentiels ont mis leur projet en suspens. Par conséquent, le premier effet de la crise a été un accroissement soudain du nombre d’acquéreurs par rapport aux biens disponibles sur le marché. Les biens se sont alors vendus vite, plus vite qu’à l’habitude avec de moins en moins de discussion de prix, de peur de laisser filer son « coup de cœur ».

Quel conseil donneriez-vous à une personne en cours de réflexion pour acheter ou investir à Rouen ?

De venir nous voir, nous saurons l’accompagner. Plus sérieusement, il faut d’abord maîtriser son budget et bien connaître sa capacité financière, c’est le point de départ malheureusement trop souvent négligé. Une fois que les clients connaissent exactement leur capacité financière, ils sont en mesure de visiter des biens en accord avec leur budget. Ainsi selon le coup de cœur éventuel ou les travaux à faire, ils savent s’ils peuvent se le permettre ou non. Ça évite de nombreuses désillusions.

Image portrait
Image
Grégory Permentier
Grégory Permentier
Responsable, Bias Immobilier, 6 rue René Dragon, 76000 Rouen
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !