Rechercher un article

Négociez le prix de votre futur logement

Négociez le prix de votre futur logement

Lorsque vous repérez un logement qui répond à vos exigences mais qu'il n'entre pas dans votre budget, il est temps de vous préparer à négocier. Voici comment procéder.

Négociez le prix de votre futur logement

Négocier le prix d’un bien immobilier : une opération délicate

Le prix affiché d’un bien est rarement celui auquel la vente se conclut. L’agent immobilier établit une estimation en fonction des qualités et des défauts du logement mais le propriétaire ne suit pas toujours son évaluation. Lorsque celle-ci n’est pas trop éloignée de la réalité du marché, le professionnel accepte généralement de prendre le mandat au prix du vendeur, en espérant le faire revenir à la raison au bout de quelques semaines d’où l’existence d'une marge de manœuvre pour négocier. La négociation du prix d’un bien immobilier est une toutefois une étape délicate. Il est donc indispensable de suivre quelques astuces pour la mener à bien. Avant d’entamer la négociation, il est essentiel de calculer précisément votre budget pour connaître la limite budgétaire que vous ne pouvez pas dépasser. Vous disposerez ainsi d’un cap que vous devrez vous efforcer de tenir tout au long de la phase de négociation.

A noter qu'il est tout à fait possible de négocier le prix d’un logement neuf. Quand un programme immobilier arrive à son terme, les logements restés invendus font souvent l’objet de ristournes.

Bon à savoir

En France, la marge de négociation moyenne est de 4 % en 2019, selon le baromètre LPI-SeLoger. Elle atteint 4,1 % pour les maisons et 3,9 % pour les appartements.

Renseignez-vous sur le marché et la date de mise en vente du logement

Avant d’entamer une négociation, vous devez impérativement vous renseigner sur le marché local. Informez-vous sur le prix moyen auquel se vendent les biens similaires à celui qui vous intéresse (surface, localisation...). Vous pouvez notamment consulter les annonces dans les vitrines des agences ou sur les sites d’annonces immobilières, comme SeLoger. N’hésitez pas, en parallèle, à consulter le baromètre LPI-SeLoger, qui publie chaque mois les prix de vente moyens dans les grandes villes. Demandez également à l’agence ou au vendeur depuis quand est mis en vente le logement. Si le bien a été mis en vente il y a quelques jours seulement, il y a peu de chances pour que le vendeur accepte une baisse de prix conséquente. Si le logement a été mis en vente il y a plus de 3 mois, c’est une autre affaire. Cela signifie qu’il a été surestimé. Vous disposez donc d’un levier de négociation supplémentaire pour espérer obtenir un rabais sur le prix de vente affiché.

Quel est le prix de votre futur logement ?

Pour bien négocier, préparez vos arguments !

Pour mettre toutes les chances de votre côté lors de la négociation, il est indispensable de bien préparer vos arguments. Même si vous êtes objectivement convaincu que le bien est trop cher, prenez le temps de dresser la liste complète de ses points faibles. Pour ne passer à côté d’aucun défaut, n’hésitez pas à visiter le logement plusieurs fois, en faisant attention aux détails. Ensuite, prenez le temps de noter les défauts constatés sur une feuille afin d’être bien sûr de ne pas les oublier durant la négociation. Prix trop élevé, travaux à prévoir, vis-à-vis important, nuisances sonores… vous pourrez vous appuyer sur ces points faibles pour que le vendeur accepte de baisser son prix de vente. Le prix proposé au vendeur doit toutefois être réaliste. Si vous faites une première offre trop basse, le vendeur risque de se braquer définitivement et de mettre fin à la négociation. Plus le marché local est dynamique, plus ce risque est grand, car le vendeur ne manque pas d’offres… alors, ne soyez pas trop gourmand.

Conseils Seloger

N’oubliez pas de consulter l’agent immobilier en charge de la vente du bien qui vous intéresse : il connaît le vendeur et saura vous dire si vous êtes en mesure de pouvoir négocier avec lui ou pas.