Immobilier : les régions où l'on a le plus ou le moins négocié en 2016 !

Immobilier : les régions où l'on a le plus ou le moins négocié en 2016 !
partage(s)

Qu’il s’agisse des maisons comme des appartements, la tendance de l’année 2016 aura été baissière en termes de marges de négociation. Alors dans quelles régions les ristournes les plus (et les moins) importantes ont-elles été concédées ?

Les prix immobiliers augmentent, les marges de négociation reculent…

En dépit du sursaut qu’elles ont connu en décembre dernier, sur l’ensemble de l’année 2016, force est de constater que les marges de négociation se sont considérablement réduites. En cause, des prix immobiliers – maisons et appartements confondus – en augmentation, une forte demande et des acheteurs peu enclins à négocier au risque de voir le logement leur passer sous le nez.

Marge de négociation par région - Baromètre LPI-SeLoger janvier 2017

Bon à savoir

En France, la marge de négociation est de 4,6 %.

En Alsace, n’espérez pas négocier plus de 1 % sur le prix d'une maison

La réduction des marges de négociation est particulièrement rapide dans les régions où la demande en termes de logements est élevée. C’est notamment le cas en Île-de-France (4,1 % sur le prix des maisons / 2,7 % sur celui des appartements) mais surtout en Alsace (1 % sur le prix des maisons / 2,3 % sur celui des appartements). Il est à noter que les prix des logements ne sont guère plus négociés en Rhône-Alpes (3,9 % sur le prix des maisons / 3,5 % sur celui des appartements) et en Champagne-Ardenne (3,7 % sur le prix des maisons / 0 % sur celui des appartements).

Prix moyen d'un m² en France

En 2016, le prix d’un logement est de 3 219 € du m² (3 794 € dans le neuf).

C’est en Centre-Val de Loire que l’on négocie le plus : 9 % !

Si vous désirez optimiser vos chances de parvenir à faire baisser le prix de votre futur logement, c’est vers la région Centre-Val de Loire (anciennement la région Centre) qu’il va vous falloir concentrer vos recherches immobilières. Et pour cause, de  Pithiviers (Loiret) à Saint-Amand-Montrond (Cher) en passant par Dreux (Eure-et-Loir), La Châtre (Indre), Loches (Indre-et-Loire) ou encore Blois (Loir-et-Cher), les ristournes pouvant être obtenues sont conséquentes : 6,8 % en moyenne sur le prix des appartements et jusqu’à 9 % sur celui des maisons. 

9 villes sur 10 voient leur prix augmenter

En 2016, les prix de l’ancien ont augmenté dans plus de 90 % des villes de plus de 100 000 habitants