Plus de 9 Français sur 10 rêvent d’être propriétaires de leur logement

Plus de 9 Français sur 10 rêvent d’être propriétaires de leur logement
partage(s)

L’accès à la propriété est une aspiration qui réunit les Français de toutes les générations. Selon une étude récente, 92 % des ménages jugent même positif le fait d’être propriétaire d’un logement. 

Les Français aspirent à « vivre chez eux »

D’après une étude du Crédit Foncier, menée par le Cabinet Elabe, consacrée à la perception du patrimoine immobilier et à sa transmission aux générations suivantes, plus de 9 Français sur 10 (92 %) jugent positif le fait d'être propriétaire d'un logement. Près d’un Français sur deux, 45 %, ont même une image très positive de l’accès à la propriété. Parmi les principales raisons avancées par les personnes interrogées, le fait « d’être chez soi » arrive en première position (67 %), suivie par la volonté de se constituer un patrimoine à transmettre à ses enfants (54 %). De plus, 50 % des sondés considèrent que la propriété est une sécurité pour la retraite. Cette affirmation est encore plus prononcée chez les personnes âgées de 50 ans et plus.

Etre propriétaire : un moyen d’indépendance ?

L’accès à la propriété est considéré comme un moyen d’indépendance par 37 % des personnes interrogées.

Un accès à la propriété de plus en plus difficile ?

Pour les plus jeunes, l’accès à la propriété est synonyme de fierté (29 % chez les 25-34 ans) et de réussite sociale (27 % chez les 18-24 ans). Par ailleurs, la propriété est considérée comme inutile uniquement par 3 % des personnes interrogées. De plus, 7 Français sur 10 (et 79 % des locataires actuels) affirment qu’ils feraient le choix d’investir dans la pierre s’ils recevaient une importante somme d’argent. Cependant, la constitution d’un patrimoine immobilier est jugée difficile ou très difficile par sept Français sur dix (71 %). Près de 65 % des Français estiment que la difficulté à accéder à la propriété s’est accrue par rapport à l’époque de leurs parents. Ce constat est même partagé par plus de trois jeunes sur quatre de moins de 35 ans.