Présidentielle 2017 : les 7 mesures prioritaires des aménageurs lotisseurs

Présidentielle 2017 : les 7 mesures prioritaires des aménageurs lotisseurs
partage(s)

A la veille de l’élection présidentielle, le Syndicat des Aménageurs Lotisseurs adresse aux futurs candidats une série de mesures destinées à faire baisser les prix et à diversifier l’offre immobilière.

Présidentielle 2017, les aménageurs lotisseurs lancent leurs recommandations

Le constat du Syndicat national des Aménageurs Lotisseurs, le SNAL, rejoint celui des autres acteurs du marché : il manque environ 1 million de logements en France, malgré des milliards d’€ engloutis chaque année. Mais le SNAL souligne que la priorité donnée aux zones tendues et à la reconstruction de la ville sur la ville prive les territoires périurbains et ruraux de moyens pour redévelopper l'attractivité et accueillir de nouveaux habitants : « Les opérations d’aménagement permettent de réaliser une offre plurielle, fondement de la mixité sociale et générationnelle sans opposer le locatif à l’accession, le collectif à la maison individuelle, le privé au social. Elles consacrent le vivre ensemble depuis la création des espaces de rencontres et de convivialité jusqu’au financement des équipements publics » a affirmé Pascale Poirot, présidente du SNAL.

Bon à savoir

Le SNAL n'est pas la seule organisation à alerter sur l'état du logement en France. La Confédération Nationale du Logement (CNL) avait aussi rappelé que près de 150 000 personnes sont privées de toit, que 4 millions sont mal logées et pas loin de 15 millions sont fragilisées par la crise du logement d'où l'importance de nouvelles mesures.

7 mesures prioritaires articulées autour de trois grands axes

Certaines mesures sont très techniques et visent plus spécifiquement les aménageurs. D’autres visent davantage les particuliers :

  • Créer un choc d’offre foncière pour faire baisser les prix, en majorant, par exemple, la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Cela peut se faire aussi en réformant la fiscalité foncière notamment en abandonnant les droits de mutation sur les cessions des terrains constructibles ou encore en inversant l’abattement sur les plus values des ventes de terrains à bâtir destinés à la construction. Le soutien aux collectivités et aux maires bâtisseurs de constructions neuves en secteur aménagé est envisagé sous forme de bonus/malus.
  • Encourager la construction en secteur aménagé dans une démarche éco-responsable. Selon le Syndicat, les opérations d’ensemble sont plus économes en foncier, moins coûteuses et plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité. Une mobilisation optimale du foncier privé, par le biais d’un Conseil National de l’Aménagement  et du Cadre de Vie, développant une approche globale de la production de logements et la création d’un choc de simplification et des procédures pour accélérer les sorties d’opérations, permettraient d’y arriver.
  • Favoriser la diversité des parcours résidentiels pour fluidifier le marché. Les ménages consacrent en moyenne 30 % de leur budget au logement, en zone rurale comme en zone urbaine. Pourtant les aides au logement visent spécifiquement les zones tendues, donc urbaines, au détriment du reste du territoire. Pour une politique plus équitable, le SNAL envisage l’alignement des aides sur un barème unique de ressources des ménages, la suppression du surloyer pour inciter à rejoindre le parc privé, la baisse des droits de mutation pour ne pas freiner la mobilité géographique, l’extension du PTZ à tous les accédants, assortie d’une prime à la primo-accession en secteur aménagé, l’instauration d’un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts réservés au financement de la résidence principale des retraités.

Bon à savoir

Le premier tour des élections présidentielles approche à grand pas. Pour retrouvez toutes les propositions des candidats sur le thème du logement, rendez-vous sur notre page dédiée.