Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Biarritz : « Difficile de trouver en centre-ville un bien en dessous de 300 000 € »

Biarritz : « Difficile de trouver en centre-ville un bien en dessous de 300 000 € »

Berceau du surf, Biarritz est une ville prisée dont l’attractivité se renforce depuis la reprise de l’activité immobilière post-confinement. Mais quel quartier choisir pour y vivre ? Frédéric Pradié, associé de l’agence Benquet à Biarritz, nous éclaire sur ce sujet.

Biarritz : « Difficile de trouver en centre-ville un bien en dessous de 300 000 € »

Comment se porte le marché immobilier biarrot ?

C’est un marché en forte tension. La demande est très importante et l’offre de biens restreinte. Il y a un réel engouement pour Biarritz et sa région qui proposent un cadre de vie agréable au bord de l’océan Atlantique, proche des Pyrénées et de l’Espagne.

Existe-t-il un profil type d’acquéreurs sur Biarritz ?

La demande se partage entre résidence principale et secondaire. Les habitants des grandes métropoles françaises représentent une part importante de notre clientèle qui tend à augmenter. Nous avons également affaire à des investisseurs qui souhaitent investir leur argent dans la pierre plutôt que dans des placements boursiers, jugés moins sécurisants.

Bon à savoir

le prix au m² à Biarritz est de 6 200 €/m²

Y a-t-il des secteurs plus prisés que d’autres sur Biarritz ?

Tous les quartiers de la ville sont attractifs mais, effectivement, certains sont plus demandés que d’autres. Le centre-ville de Biarritz est très recherché. Animé toute l’année, il est proche de deux des plus belles plages de la ville, la Grande Plage et la Côte des Basques. Un peu plus en retrait de l’océan, les secteurs Espagne-Beaurivage et Saint-Charles attirent également de nombreux acquéreurs. Enfin, à proximité du golf de Biarritz, au nord de la commune, le quartier du Golf du Phare offre un cadre de vie verdoyant très apprécié.

Quel est le budget nécessaire pour acheter un logement dans ces quartiers ?

Il est globalement difficile de trouver en centre-ville un bien en dessous de 300 000 €. Pour une maison de ville, il faut compter un budget d’environ 750 000 €. Plus on se rapproche du front de mer, plus les prix sont élevés. À titre d’exemple, l’agence a récemment vendu un appartement T2 avec parking de 65 m² dans une résidence de standing en face de l’océan Atlantique à 758 000 €. Ce bien est parti en une visite seulement.

La demande immobilière se maintient-elle depuis la réouverture de l’agence post-confinement ?

On assiste même à un accroissement de cette demande. Les habitants des grandes métropoles ont, pour certains, souffert du confinement dans des logements trop étroits et aspirent à plus d’espace et de nature. Biarritz semble devenir de plus en plus une terre d’élection pour ces urbains. Nous recevons notamment, depuis la réouverture de l’agence, davantage de Parisiens et autres habitants de grandes villes à la recherche d’un bien sur la commune. Je veux tout de même insister sur un point très important : les clients ne connaissant pas le marché local se doivent de rester vigilants, car certains prix affichés sur des biens ne sont absolument pas justifiés. Il est donc impératif de se faire accompagner par un professionnel du secteur afin d’estimer au juste prix le bien que l’on souhaite acquérir.

Frédéric Pradié © SeLoger
Frédéric Pradié
Associé de l’agence Benquet, 4 place Georges Clemenceau, 64200 Biarritz