Nice : « Le marché immobilier a bien supporté la crise sanitaire »

09 fév 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Patrick Macanda, président du Groupe Palais Immobilier, fait le bilan de l’année 2020 pour le marché immobilier de la ville de Nice et esquisse quelques perspectives pour 2021.

Image
Nice : « Le marché immobilier a bien supporté la crise sanitaire »
Entre mer et montagne, Nice séduit aussi les acheteurs de résidences secondaires. © Chrispictures - Shutterstock

Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire sur le marché immobilier ?

Paradoxalement, la crise sanitaire n’a pas vraiment modifié en profondeur le marché immobilier niçois. Les acheteurs et les vendeurs sont toujours présents et notre volume des ventes n’a pas changé. La seule chose à noter est l’absence en 2020 des acheteurs étrangers, qui sont en général assez nombreux à Nice et sur la Côte d’Azur. Mais cela est temporaire, nous sommes confiants quant à leur retour une fois la crise sanitaire terminée.

Quels sont les critères les plus recherchés par les acquéreurs pour acheter un bien à Nice ?

Le premier critère cité par les clients c’est le calme et la tranquillité. C’est un point important même si nous avons de nombreuses demandes pour des biens situés dans des zones plus animées. Nous sommes dans le sud de la France, par conséquent, la vue dégagée et la présence d’une terrasse sont fortement appréciées.

« À Nice, un bien au juste prix se vend en moins de 4 semaines »

Patrick Macanda, président du Groupe Palais Immobilier

Après le premier déconfinement, avez-vous constaté une évolution des demandes ou des critères des acquéreurs ? 

Pas vraiment. Les critères des demandes post confinement sont à peu près identiques à ceux que nous recevons aujourd’hui. Nice est un marché assez différent de celui de la région parisienne ou des conurbations telles que Lyon ou Marseille. La présence d’extérieurs était déjà un critère important, quant à la pièce supplémentaire, nous n’avons pas constaté d’évolution significative. Il faut dire que les prix de l’immobilier à Nice sont déjà élevés, ce n’est donc pas un choix à la portée de tous les budgets.  

Suite au deuxième déconfinement, peut-on s’attendre à un impact sur les prix de l’immobilier niçois ?

Non, nous ne croyons pas du tout à la baisse des prix de l’immobilier à Nice. Ces derniers n’ont d’ailleurs jamais diminué, même lors des périodes de crise économique. La tendance haussière constatée en 2020 devrait donc se poursuivre en 2021, quelle que soit l’évolution de la situation. Il n’y a aucune inquiétude à avoir sur ce point.

Quel conseil donneriez-vous à une personne ayant le projet d’acheter, de vendre ou d’investir dans votre secteur ?

Selon moi, il faut y aller au coup de cœur, en fonction de son ressenti immédiat. Si un bien vous plaît, il ne faut pas hésiter à faire une offre d'achat. L’immobilier est un secteur très concurrentiel et les biens se vendent en quatre semaines. Il ne faut donc pas hésiter trop longtemps avant de se positionner. Pour être capable de réagir vite, il faut bien évidemment avoir validé sa capacité d’emprunt avec sa banque au préalable. Il ne faut donc pas commencer ses recherches sans connaître précisément son budget. Dans le cas contraire, vous risqueriez de perdre du temps et d’être déçu.

Image portrait
Image
Patrick Macanda, Président du Groupe Palais Immobilier
Palais Immobilier, 23 rue de la Préfecture 06300 Nice

A la une !