François Fillon vs Benoit Hamon : quelle politique pour le logement ?

François Fillon vs Benoit Hamon : quelle politique pour le logement ?
partage(s)

Ça y est, nous connaissons enfin les candidats des deux partis politiques dits « traditionnels » : Benoit Hamon pour le Parti Socialiste et François Fillon pour Les Républicains. Mais quelles sont leurs propositions pour le secteur de l’immobilier ? 

Encadrement des loyers : extension ou suppression ?

Benoit Hamon est un fervent défenseur de l’encadrement des loyers (mesure phare de la loi Alur). Il désire même étendre le dispositif aux 13 métropoles françaises. De son côté, François Fillon souhaite abroger cette mesure qui, pour lui, « a rigidifié de manière dramatique le marché ». En lieu et place de l'encadrement des loyers, il propose la création d’un bail homologué accordant des avantages fiscaux supplémentaires aux propriétaires, en fonction de « la faiblesse des loyers pratiqués » : une exonération de la taxe foncière sur 15 ans pourrait même être accordée aux propriétaires-bailleurs louant un logement avec un « loyer social ».

Quelle fiscalité pour le logement ?

Pour la fiscalité du logement, Benoît Hamon est favorable à « un impôt unique sur le patrimoine, simple, et progressif ». Il propose également de doubler les taxes sur les logements et bureaux vacants. François Fillon, quant à lui, souhaite que les règles de la fiscalité sur le logement soient établies pour 5 ans afin d’apporter « plus de lisibilité aux investisseurs ». Il préconise aussi une exonération des taxes sur les plus-values des biens immobiliers cédés au-delà de 15 années de détention, contre 22 à ce jour. Par ailleurs, il entend instaurer une TVA à taux réduit pour l’achat d’une résidence principale ou un investissement locatif long.

Rénovation énergétique : les propositions de Fillon et Hamon

Benoit Hamon, candidat du Parti Socialiste, est favorable à la mise en place d'un grand plan de rénovation énergétique des logements pour lutter contre la précarité énergétique. Parallèlement, il propose la mise en place d’un plan d’accompagnement des initiatives du secteur privé avec des « aides renforcées et conditionnées au recours à des artisans labellisés ». Il veut également que les foyers en situation de précarité énergétique soient protégés par un bouclier « énergie » pour éviter les situations de privation. François Fillon, lui, défend la fin progressive de la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité) afin de « dégager des d’économies » pouvant être réorientées vers « la rénovation des logements et plus particulièrement des logements anciens les plus énergivores ».

Logements sociaux : leurs mesures phares

Benoit Hamon propose de rehausser le pourcentage de logements sociaux à 30 % (contre 25 % actuellement). Il milite aussi pour le renforcement des sanctions contre les maires qui ne remplissent pas les objectifs de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) en matière de logements sociaux. Par ailleurs, il souhaite créer un droit permettant à l’Etat de se substituer aux maires pour construire « des biens d’utilité publique, à commencer par les logements sociaux ». Pour sa part, François Fillon, désire réformer la loi SRU et favoriser l’accès au logement social des ménages les plus modestes en abaissant le plafond de ressources. De plus, il entend regrouper les aides au logement (APL, ALS, ALF) au sein d’une prestation sociale unique, calculée au cas par cas. 

Un PTZ réservé aux logements neufs ?

François Fillon, candidat des Républicains, propose de réserver le PTZ (Prêt à Taux Zéro) aux logements neufs, sauf en zone rurale.