Le programme logement du nouveau président de la République Emmanuel Macron

Le programme logement du nouveau président de la République Emmanuel Macron
partage(s)

Après une longue campagne, la présidentielle 2017 a enfin livré son verdict : Emmanuel Macron est le nouveau président de la République. Mais quelles sont les mesures logement qu’il souhaite mettre en place pendant les 5 années de son mandat ?

Quel avenir pour l’encadrement des loyers ?

Le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, souhaite débrancher de façon progressive l’encadrement des loyers, mesure phare de la loi Alur. En effet, même s’il reconnait que le dispositif a permis une légère modération des loyers, il regrette ses nombreux « effets pervers », notamment le manque de mobilité des logements et la fuite des investisseurs. Ainsi, pour faciliter l’accès au parc locatif privé, Emmanuel Macron désire mettre en place un « bail mobilité professionnelle ». Réservé aux actifs en mobilité temporaire (formation, période d'essai, stage), ce bail sans dépôt de garantie serait conclu pour une durée comprise entre 3 mois et 1 an et inclurait des droits plus restreints pour le locataire. Une mesure qu’il a l'intention d'encadrer après sa mise en place, pour éviter qu’elle ne se généralise.

Fiscalité : l’ISF transformé en impôt sur la fortune immobilière

Pendant son quinquennat, Emmanuel Macron a la volonté de réformer en profondeur l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune). Il prévoit notamment de supprimer « la part qui finance l’économie réelle » (la détention d’actions) pour concentrer l'impôt sur le capital non productif, et donc l’immobilier. Concrètement, le nouveau président souhaite transformer l’ISF en « Impôt sur la Fortune Immobilière ». Par ailleurs, Emmanuel Macron a annoncé vouloir exonérer 80 % des Français de la taxe d’habitation, afin de rendre la fiscalité locale « plus juste ». Il affirme que « dès 2020, un couple avec deux enfants, dont le revenu fiscal de référence est de 5000 € par mois, sera entièrement exonéré. » Pour rassurer les collectivités territoriales, dont le budget pourrait être affecté par cette mesure, il assure que l’Etat paiera la taxe d’habitation en lieu et place des ménages.

Quelle politique pour le logement social ?

L’ancien ministre de l’Economie souhaite plus de transparence dans l'attribution des logements sociaux. Pour y parvenir, il veut mettre en place un système de points, basé sur certains critères (taille de la famille, ressources, lieu de recherche, etc.), qui, selon lui « permettra à chacun de connaître ses chances d’obtention d’un logement et le délai d’attente prévisible. » De plus, Emmanuel Macron désire maintenir la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) et poursuivre la production de logements sociaux « au même niveau et au même rythme que ces dernières années », en concentrant les aides de l’Etat dans les zones où la demande est la plus forte. Enfin, il veut mobiliser les bailleurs sociaux pour créer des logements sociaux destinés aux jeunes, accessibles sans dépôt de garantie, sans demande de caution et pour un bail non renouvelable.

Rénovation énergétique : des aides pour les plus précaires

Emmanuel Macron promet d’accélérer la transition environnementale durant les 5 années de son mandat présidentiel. Pour cela, il prévoit de lancer un vaste plan impliquant la rénovation de la moitié des logements-passoires (habitations très mal isolées), et ce dès 2022. Son objectif ? Diminuer les émissions et faire baisser les dépenses en énergie (électricité, fioul, gaz) des ménages français. Il souhaite également que les passoires énergétiques soient interdites à la location à partir de 2025. A ce titre, il entend proposer un audit gratuit à tous les propriétaires en situation de précarité énergétique. D'autre part, Emmanuel Macron désire que les travaux des plus précaires soient pris en charge, via un fonds public. Enfin, il veut encourager l'association des travaux de maintien à domicile des personnes âgées avec les travaux de rénovation énergétique.