Les 10 grandes villes les plus chères à la location en 2017 !

Les 10 grandes villes les plus chères à la location en 2017 !

Sans réelle surprise, on retrouve 5 villes situées en Île-de-France dans le classement des communes les plus chères à la location. Mais quelle est la ville de province où les prix des loyers sont les plus onéreux ? 

L'Île-de-France en tête du classement des loyers les plus chers 

Paris avec 25,5 €/m², Boulogne-Billancourt avec 21,2 €/m² et Montreuil avec 17,4 €/m² sont cette année les trois villes les plus chères de France. Des loyers élevés aux évolutions contrastées. On observe une hausse de 1 % à Paris mais une baisse de – 1,4 % à Montreuil et même de – 2,3 % à Boulogne-Billancourt. On remarquera au passage que l'encadrement des loyers dans la capitale n'a pas empêché ceux-ci d'augmenter légèrement. Suite à cette loi, nombre de propriétaires se sont rabattus sur le marché de la location de vacances, via des plates-formes Airbnb, ce qui accentue la pénurie de l'offre dans la capitale. Ce qui n’est pas une réelle surprise pour tous les spécialistes de l'immobilier qui avaient anticipé les effets négatifs d'une telle loi.     

Palmarès des 10 villes  les plus chères

Aix-en-Provence, Nice & Montpellier : les 3 plus fortes hausses de loyer !

À contre-courant de l'état général du marché locatif français, 5 villes de Province affichent une belle santé. Non seulement leurs loyers moyens sont élevés mais ils sont aussi en forte progression. Ainsi Aix-en-Provence (16,6 €/m²) progresse de 3 %, Nice (16,4 €/m²) de 2,4 %, Montpellier (14 €/m²) de 2 %, Lyon (13,1 €/m²) de 2,3 % et Lille (13,9 €/m²) de 1,4 % ! Force est de constater que la location dans les grandes villes de province se porte bien mieux qu'en région parisienne. Certaines villes comme Lyon notamment cumulent dynamisme économique et qualité de vie. Le cocktail idéal pour un investissement locatif réussi. Il semblerait que la loi d'encadrement des loyers à Lille n’ait pas eu les effets escomptés !

Quid de l'encadrement des loyers ?         

Les tribunaux administratifs de Paris et de Lille ont annulé les arrêtés encadrant les loyers. Le gouvernement a annoncé faire appel de ces décisions. Les propriétaires parisiens et lillois sont donc pour l'heure dans le flou quant à la reconduction des règles d'encadrement.