Le ralentissement se poursuit mais la hausse des prix parisiens reste soutenue

18 juin 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Après plusieurs mois de ralentissement de son rythme de croissance, le prix de la pierre parisienne continue de perdre du muscle, à l’instar de plusieurs villes franciliennes. Si les niveaux de prix y restent soutenus, l’activité tourne au ralenti, nombre de projets immobiliers se heurtant à une demande fragilisée par les conditions d’accès au crédit bancaire et à une offre qui peine à se renouveler.

Image
La ville de Paris
Sur 1 an, les prix parisiens progressent de 6,1 %. ©peter tran

Sommaire

À Paris, les prix poursuivent leur ralentissement : + 6,1 % sur 1 an

La baisse généralisée du pouvoir d’achat dans un contexte économique chancelant continue d’influer sur la vitalité du marché immobilier parisien, avec une demande et des délais de vente qui n’ont plus rien de commun avec l’euphorie et l’extrême tension des dernières années. Pour nombre de candidats à l’achat, si les projets d’investissement sont toujours d’actualité, ils sont souvent relocalisés, différés, voire abandonnés, face aux contraintes liées à l’accès au crédit et aux exigences en termes d’apport personnel.

Avec une progression de 6,1 % sur un an, le ralentissement de la montée des prix des appartements anciens est toujours de mise dans la capitale, face aux niveaux atteints,  supérieurs à 8 %, à l’automne dernier et jusqu’en février. Aussi le prix au m² à Paris se monte-t-il à 11 260 €, contre 11 603 € en avril dernier. C’est un fait, le coût de la pierre parisienne commence à décrocher, brique après brique, quand les budgets les plus serrés se prennent à rêver d’un retour sous le le seuil (psychologique) des 10 000 €/m², comme cela était (encore) le cas jusqu’en 2018.

Image
Un indicateur des prix parisiens
Les prix parisiens et leur évolution ainsi que la marge de négociation dans la capitale. ©DR

7 arrondissements gardent le cap avec une croissance à 2 chiffres

Pour l’heure, selon les derniers chiffres du Baromètre LPI-SeLoger, seuls trois arrondissements parisiens permettent de répondre à cette attente : les 13e (9 694 €/m²), 19e (9 517 €/m²), et 20e (9 478 €/m²), talonnés de près par le 18e et ses 10 287 €/m². Ce dernier accuse d’ailleurs un fort ralentissement de sa hausse, passant de quelque 8 % en septembre dernier, à 2,4 % sur 1 an. Parmi les arrondissements qui continuent de tirer la locomotive du marché immobilier parisien, pas de grandes surprises puisque ce sont encore et toujours les 2e (boulevards de Sébastopol et Bonne-Nouvelle), 3e (rues au Maire, des Archives) et 5e (rues du Cardinal-Lemoine et Claude Bernard) qui se maintiennent à des niveaux élevés, avec une progression annuelle supérieure à 13 %. Mention spéciale pour le 2e arrondissement, qui garde la tête haute avec 16,1 % de hausse sur 1 an et un ticket moyen à 12 031 €/m². Avec 13,1 % d’augmentation annuelle, le 10e conserve sa place dans le quatuor gagnant, même si la montée des prix décroche après un stationnement en orbite de 17,5 % en mars. Le prix immobilier dans le 10e arrondissement de Paris avoisine désormais les 11 267 €/m².

Les villes franciliennes les plus chères à l'achat commencent à courber l’échine Malgré une dynamique disparate selon les secteurs, le repli de l’activité se poursuit non seulement dans la capitale, mais également en région Île-de-France où, comme le précise Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger, « le coup de frein se constate dans presque toutes les communes franciliennes à plus de 6 000 €/m² ». De fait, beaucoup de communes de la première couronne accusent le coup avec un fléchissement de la hausse des prix dans l’ancien. Des villes comme Clamart (6 500 €/m²), Maisons-Alfort (6 292 €/m²) ou Saint-Maur-des-Fossés (6 062 €/m²) perdent ainsi 4 à 8 points de croissance, alors qu’elles se prévalaient encore d’une progression à deux chiffres en début d’année. Un relâchement sans véritable relation de cause à effet avec les niveaux de prix pratiqués dans la capitale ou en région puisque, en contrepoint, des communes plus abordables comme Nanterre, Saint-Denis ou Vitry-sur-Seine, ne semblent pas tirer profit du report habituel de la demande vers des secteurs aux budgets plus attractifs.

Le prix au mètre carré dans le 6e arrondissement de Paris bat son propre record. Dans l’ancien, il franchit la barre des 15 000 €.

Image
Les prix parisiens, arrondissement par arrondissement.
Les prix parisiens et leur évolution, arrondissement par arrondissement. ©DR

Les arrondissements parisiens où le prix/m² dépasse 12 000 €

Découvrez quels sont les arrondissements de Paris où devenir propriétaire de son logement coûte le plus cher.

Arrondissement Prix/m²*
2e arr. 12 031 €
3e arr. 13 546 €
4e arr. 13 047 €
5e arr. 13 608 €
6e arr. 15 040 €
7e arr. 14 299 €
8e arr. 12 786 €

* dans l'ancien / Source : Baromètre LPI-SeLoger - mai 2022

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !