Combien d’années de salaires doit-on consacrer à l’achat de son logement ?

Xavier Beaunieux 03 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

À l’instar du nombre de m² qu’il est possible de s’offrir pour 266 800 € (le prix moyen d’un bien immobilier dans l’ancien en 2021, NdlR), le nombre d’années de revenus devant être consacrées à l’acquisition de sa résidence principale varie selon les régions... À l’échelle du pays, 4,6 années sont nécessaires, soit autant qu’en 2020 mais moins qu'en 2019.

Image
En Bretagne, il faut consacrer 3,6 années de salaires à l'achat de son logement.
En Bretagne (ici, Rennes), il faut consacrer 3,6 années de revenus à l'achat de sa résidence principale en 2021. © Roman Babakin
Sommaire

Pour acheter en IDF, 5,4 années de salaire sont nécessaires

Selon les données que le Baromètre LPI-SeLoger a recueillies et analysées, ce sont 5,4 années de revenus qu’un Francilien est contraint d’engloutir dans l’achat de sa résidence principale en 2021. La supériorité des salaires franciliens en comparaison des salaires pratiqués en province ne suffit donc pas à compenser le niveau qu’a atteint le prix immobilier en Île-de-France. Si les Français tendent à être moins bien payés en régions qu’en Île-de-France, immobilièrement parlant, force est de constater qu’ils s’y retrouvent ! Il est à noter que l’Alsace (5,3 années de revenus) et la région Rhône-Alpes (5,1 années de revenus) se montrent également très gourmandes en termes d’années devant être consacrées à l’acquisition de sa résidence principale.

Image
Combien d'années de revenus pour acheter un logement en France ?
Combien d'années de revenus pour acheter un logement en France ? © SeLoger

Dans le Limousin, 2,8 années de revenus pour être propriétaire

Alors que les Franciliens doivent consacrer 4,6 années de salaires à l'acquisition de leur résidence principale, dans le Limousin, en revanche, 2,8 années de revenus sont suffisantes pour devenir propriétaire dans l’ancien. Parmi les (anciennes) régions, où acheter un bien immobilier nécessite de mobiliser le moins d’années de salaires, figurent également la Champagne-Ardenne (3 années de revenus) et la Bourgogne (3,3 années de revenus).

Au global, acheter un logement prend moins de temps qu’en 2019

À la lecture des chiffres qu’a compilés le Baromètre LPI-SeLoger, il ressort que, dans une majorité de régions françaises, le nombre d’années de revenus qui doivent être allouées à l’acquisition de sa résidence principale, dans l'ancien, s’oriente à la baisse sur les deux dernières années.

Région 2021 2019
IDF 5,4 années de revenus 6 années de revenus
Nord-Pas-de-Calais 3,7 années de revenus 3,8 années de revenus
Picardie 3,5 années de revenus 3,7 années de revenus
Lorraine 4,1 années de revenus 4,3 années de revenus
Haute-Normandie 3,5 années de revenus 3,6 années de revenus
PACA 4,1 années de revenus 5 années de revenus
Languedoc-Roussillon 3,6 années de revenus 4,3 années de revenus
Midi-Pyrénées 3,9 années de revenus 4,1 années de revenus
Pays-de-la-Loire 4,6 années de revenus 4,9 années de revenus
Bretagne 3,6 années de revenus 3,8 années de revenus
Bourgogne 3,3 années de revenus 3,4 années de revenus
Limousin 2,8 années de revenus 3,5 années de revenus
Champagne-Ardennes 3 années de revenus 3,1 années de revenus

À l’inverse, les délais stagnent, voire s’allongent dans certaines (anciennes) régions :

  • En Basse-Normandie : 4,8 années de revenus vs 4,2 en 2019
  • En Alsace : 5,3 années de revenus en 2021 et en 2019
  • En Franche-Comté : 3,6 années de revenus en 2021 et en 2019
  • En région Rhône-Alpes : 5,1 années de revenus vs 4,5 en 2019
  • En Aquitaine : 4,7 années de revenus en 2021 et en 2019
  • En Poitou-Charente : 4,4 années de revenus en 2021 et en 2019
  • Dans le Centre : 3,7 années de revenus en 2021 et en 2019
  • En Auvergne : 3,4 années de revenus vs 3,2 en 2019

En France, pour faire l’acquisition de sa résidence principale dans l’ancien, il faut y consacrer, en moyenne, 4,6 années de revenus. À titre de comparaison, en 2019, 4,7 années étaient nécessaires (Source : Baromètre LPI-SeLoger).

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Les ventes de cuisines se ont diminué de -6,9 % sur l'année 2023, après une hausse importante de +19,5 % en 2021. © sheilasay - Getty images
France
Les ventes de cuisines se sont effondrées en 2023, avec une baisse de près de 7 % des ventes sur l’année. Dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat immobilier et d'appétence pour le « do it...
Image
A Paris, le marché de la location est particulièrement tendu et les loyers ne cessent d'augmenter malgré les mesures de plafonnement. © Eva-Katalin - Getty images
France
Une enquête menée par SeLoger confirme la détérioration du marché locatif en 2023. Affecté d’abord par la hausse des taux d’intérêt qui maintient les ménages en situation de location, le marché subit...