Coronavirus : un cabinet médical au sein d'une copropriété peut-il rester ouvert ?

15 avr 2020
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Certaines copropriétés abritent des cabinets médicaux, ce qui peut générer de l’anxiété et des interrogations de la part des copropriétaires. Si ces cabinets médicaux peuvent continuer d’accueillir des patients, il est indispensable de renforcer les mesures de protection de chacun.

Image
Coronavirus : un cabinet médical au sein d'une copropriété peut-il rester ouvert ?
Que la copropriété abrite ou non un cabinet médical, la désinfection régulière des équipements collectifs et le respect des gestes barrières sont indispensables. © Michèle Guerineau

Sommaire

Le cabinet médical peut rester ouvert, même pendant l’épidémie

Si un cabinet médical est installé au sein de la copropriété, c’est qu’il en a obtenu l’autorisation initialement, et il peut tout à fait rester ouvert pour accueillir les personnes malades, même dans le contexte actuel d’épidémie et de confinement. Les médecins doivent en effet assurer la continuité des soins, ils doivent pouvoir orienter des personnes malades vers les hôpitaux en cas de besoin, mais également poursuivre le suivi des personnes atteints de pathologies chroniques, notamment. En conclusion, vous ne pouvez en aucun cas imposer la fermeture même temporaire du cabinet médical en tant que copropriétaire vivant au sein du même immeuble. En revanche, il est possible de s’entretenir avec le(s) soignant(s) qui consulte(nt) au sein de ce cabinet médical, afin de lui demander une organisation permettant de protéger à la fois les patients et les autres copropriétaires.

Les règles concernant l'ouverture des cabinets médicaux s'appliquent de la même façon à tous les types de soignants exerçant dans une copropriété : médecins, infirmières, etc.

Demandez une autre organisation des rendez-vous

Si les cabinets médicaux installés en copropriété n’ont aucune obligation de fermer, il est évident que la présence des patients qui viennent en consultation peut poser plusieurs problèmes : ils circulent dans les parties communes, sonnent à l’interphone, empruntent les ascenseurs et les escaliers, et si une file d’attente se crée, à cause du mètre de distance à maintenir entre chaque personne, cela peut alors engendrer un regroupement important qui peut alors s’étendre au-delà du cabinet médical, dans les couloirs notamment. Il est donc légitime d’exiger du/des soignant(s) qui exerce(nt) au sein du cabinet d’organiser différemment leur méthode de travail : pas de consultation sans rendez-vous, des durées de consultations plus longues, un intervalle entre chaque consultation, sans oublier la consultation à distance pour les cas légers. Les médecins peuvent tout à fait réaliser une consultation par téléphone et faxer une ordonnance à la pharmacie la plus proche pour les malades atteints de symptômes bénins, pour n’accueillir que les patients pour qui l'auscultation est nécessaire.

Coronavirus : respectez les gestes barrières et pensez à la désinfection

Il est évident que si des personnes malades empruntent les parties communes, certains équipements risquent potentiellement d’être infectés, comme l’interphone, les ascenseurs, les rambardes d’escaliers, etc. Le plus important reste donc de respecter les gestes barrières : restez à distance des personnes que vous croisez, saluez-les sans contact, lavez-vous les mains régulièrement et sans porter vos mains à votre visage au préalable. Enfin, rien ne vous empêche de porter des gants lorsque vous sortez de chez vous et que vous vous apprêtez à emprunter les parties communes, et vous pouvez également vous munir de lingettes désinfectantes pour nettoyer vous-même les équipements que vous êtes susceptible de toucher dès que vous sortez de chez vous ou que vous revenez de l’extérieur.

Il est possible de placarder des affiches dans l’immeuble appelant au respect des mesures barrières pour limiter tout risque de contamination.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !