Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Les logements restent inoccupés moins de 5 semaines entre chaque locataire

Elle a atteint des pics dans les années 2014 et 2015, mais en 2016, la durée moyenne de vacance locative a retrouvé des niveaux proches de celle des années 2000. De quoi offrir de belles perspectives pour 2017.

Les logements restent inoccupés moins de 5 semaines entre chaque locataire

Sommaire

Immobilier locatif : la mobilité résidentielle reprend du galon en 2017

Entre le départ d’un locataire et l’arrivée d’un nouveau, combien de temps s’écoule-t-il ? Moins de 5 semaines, précisément 4,6, selon l’observatoire Clameur, qui regroupe une trentaine d’acteurs du marché immobilier ((Nexity, SeLoger, Square Habitat, Century 21, Foncia, Crédit Foncier immobilier, Unpi, etc.) et cette durée ne cesse de réduire. Elle était de 5,7 semaines au début de l’année 2016 et avait atteint son plus haut en novembre 2014 (8,5 semaines). Après un sommet en 2014-2015, la durée de vacance locative retrouve ainsi un niveau comparable à celui de l’année 2010, et se rapproche des années 2000, au niveau national.

Taux de mobilité résidentielle des locataires
En février 2017, l'activité se ressaisit en France, en dépit de la période hivernale peu propice à la mobilité résidentielle. © Clameur

Les logements restent plus longtemps inoccupés en Pays de la Loire

Cette moyenne diffère selon les régions et le niveau des demandes locatives. Un logement reste aujourd’hui plus longtemps inoccupé en Pays de la Loire (10,6 semaines en moyenne) qu’en Île-de-France (4,4) ou en Aquitaine (3,2). Dans une étude récemment publiée, Clameur souligne ainsi « le recul de la durée de vacance locative est bien plus prononcé en Alsace, en Aquitaine » ou encore en Île-de-France, où elle retrouve « presque son niveau des années 2006-2007 ».

Mobilité résidentielle à Paris
A Paris, la mobilité résidentielle reste à un niveau très bas. © Clameur

Le marché locatif privé devrait redémarrer en 2017

Pour l’observatoire, « l’allongement rapide des délais moyens de remise en location » de 2008 à 2014 est étroitement lié au ralentissement du niveau d’activité du marché locatif privé pendant cette période. La reprise d’activité constatée sur l’ensemble des secteurs de l’immobilier dès 2016 explique le retour progressif à la normale en matière de vacance locative.

« Du jamais vu depuis vingt ans »

« La très bonne année 2016 fait suite au rebond observé fin 2015, commente Michel Mouillart, économiste et directeur de l’observatoire Clameur, dans les colonnes des Echos. 2017 se poursuit, ainsi, sur cette même lancée, malgré le traditionnel calme hivernal. L’activité progresse ces deux premiers mois de 2017, du jamais vu depuis vingt ans ».