PTZ 2018 : tout savoir sur la nouvelle version du dispositif

PTZ 2018 : tout savoir sur la nouvelle version du dispositif
partage(s)

Dans le cadre du dévoilement de sa stratégie pour le logement, le gouvernement a annoncé la reconduction du prêt à taux zéro, pour une période de 4 ans : un nouveau PTZ qui sera destiné à certains territoires, dont les fameuses « zones tendues ». 

Le prêt à taux zéro 2018 prolongé mais recentré

Lors de la présentation de son « Plan Logement », le gouvernement a annoncé que, « pour offrir plus de visibilité aux acteurs du logement », le prêt à taux zéro (PTZ), qui devait être supprimé à la fin de l’année 2017, sera finalement maintenu pour une durée de 4 ans, mais de manière plus ciblée. Ainsi, cette aide publique, destinée à doper l'offre des logements et accordée aux ménages accédant à la propriété dans l’immobilier neuf et dans l’ancien avec travaux, ne sera désormais réservée qu’à certains territoires : ceux où la demande de logements excède l’offre. Cette annonce n’est pas vraiment une surprise. En effet, il y a quelques semaines, Julien Denormandie, Secrétaire d'Etat en charge du Logement, avait déjà annoncé, au micro de RTL, que le dispositif serait reconduit, mais « pas de la même manière partout sur le territoire ».

Zones rurales, villes moyennes, le PTZ Neuf maintenu mais...

L'exécutif précise que le PTZ Neuf est prolongé pour 4 ans dans les zones Abis, A et B1 (zones les plus tendues). Dans les zones B2 et C, principalement rurales ou périurbaines, le dispositif est maintenu pendant 2 ans mais la part de la dépense finançable par le prêt sera ramenée à 20 %, au lieu de 40 % actuellement. Cela montre un assouplissement de la politique gouvernementale du logement, puisque le 27 septembre dernier, l'exécutif avait annoncé la reconduction du PTZ pour 4 ans et son recentrage dans les zones tendues pour le neuf.

Le PTZ ancien uniquement dans des zones B2 et C

Le PTZ ancien est reconduit pour 4 ans, mais exclusivement dans les zones B2 et C. « Maintenir le PTZ en zone B2 et C, dans le neuf comme l’ancien, même avec des montants moindres, est un bon compromis […] car c’est le différé de remboursement qui représente un véritable coup de pouce pour les primo-accédants », explique Jérome Robin, directeur général du courtier Vousfinancer.

Chiffre clé

Le coût annuel du prêt à taux zéro (PTZ) s’élève à près de 800 millions d'euros pour l'Etat.