Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Montpellier : « Pas de baisse du prix de l'immobilier ! »

Montpellier : « Pas de baisse du prix de l'immobilier ! »

Sur un an, les prix des appartements anciens sur Montpellier ont progressé de 6,1 %. Cette augmentation témoigne de la forte attractivité de la préfecture de l’Hérault. Mais comment l’immobilier se porte-t-il au lendemain de la crise du Covid-19 ? Julien Basaia, gérant du groupe Immovance à Castelnau-le-Lez, nous livre un premier état des lieux post-confinement.

Montpellier : « Pas de baisse du prix de l'immobilier ! »

Entrevoyez-vous un changement dans l’ordre des priorités des acheteurs depuis le déconfinement ?

Je ne pense pas qu’il y ait véritablement de modification dans les critères de recherche des acquéreurs. La seule chose qui pourrait changer est un accroissement de la demande de biens avec extérieur. Mais, avant le confinement, un bien sans jardin ou terrasse se vendait déjà plus difficilement. Cela est encore plus vrai aujourd’hui.

« L’immobilier sur Montpellier est un placement sûr »

Julien Basaia, gérant du groupe Immovance à Castelnau-le-Lez

Quel est le budget moyen pour acheter un bien sur Montpellier et ses environs ?

Le budget moyen d’un acheteur sur le secteur est de 350 000 € pour l’achat d’une maison dans les villages de la première couronne montpelliéraine.

Pensez-vous que le prix des logements va se maintenir dans les mois à venir ou qu’une baisse est prévisible ?

Le coût de l’immobilier devrait se maintenir sur Montpellier et ses communes périphériques. Pour devenir propriétaire d’un appartement, il faut compter un prix moyen de 3 217 €/m². Les acquéreurs doivent prévoir un prix quasiment identique pour acheter une maison, soit 3 202 €/m². 

Ndlr : Le prix immobilier à Montpellier est de 3 080 €/m².

Certains quartiers sont-ils plus prisés que d’autres sur Montpellier ?

Les quartiers de l’hypercentre montpelliérain attirent de nombreux acquéreurs, que ce soit autour de la place de la Comédie ou à proximité de la gare de Montpellier-Saint-Roch. Les Arceaux, secteur résidentiel situé en plein cœur historique, est également un des quartiers les plus cotés de la préfecture de l’Hérault.

Certains quartiers montpelliérains sont-ils moins demandés ?

Il n’y a pas véritablement de quartiers boudés par les acheteurs sur Montpellier. Tous les biens trouvent preneurs.

« Les quartiers de l’hypercentre montpelliérain attirent de nombreux acquéreurs »

Julien Basaia, gérant du groupe Immovance à Castelnau-le-Lez

Quels sont les secteurs privilégiés par les investisseurs sur Montpellier ?

Montpellier est une des plus grandes villes universitaires de France. Cela attire les investisseurs qui concentrent leurs recherches sur le centre-ville, notamment dans le quartier du Boutonnet. Il abrite les facultés de lettres, de sciences sociales et de pharmacie. Les investisseurs se tournent également vers le quartier Hôpitaux-Facultés, qui accueille notamment l’université de médecine.

Un exode urbain paraît-il envisageable dans les mois à venir ?

Je ne pense pas que cela soit la tendance sur Montpellier. La demande est très forte sur la ville. Les acheteurs apprécient la proximité des transports, des commerces et des écoles.

Pouvez-vous, en quelques mots, nous dire pourquoi il fait bon vivre à Montpellier et dans ses alentours ?

Je vais tâcher d’être objectif, mais ce n’est pas facile, car je suis né dans cette belle ville. La situation géographique de Montpellier est l’un de ses principaux atouts. En effet, elle se situe au cœur d’un cadre naturel exceptionnel entre mer Méditerranée, montagne et parc national des Cévennes. C’est également une ville dynamique qui dispose d’une riche vie sociale et culturelle. Tout cela contribue grandement à son attractivité qui ne devrait pas se démentir dans les mois à venir.

Julien Basaïa © SeLoger
Julien Basaïa - Gérant du groupe Immovance
Julien Basaïa - Gérant du groupe Immovance, 15 Rue Jules Ferry 34170, Castelnau-le-Lez