deficit foncier

Rechercher un article

Lorsqu’un propriétaire, qui a opté pour le régime d’imposition au réel, loue son bien immobilier, il peut soustraire les charges liées au logement (frais de gestion, frais d’assurance, intérêts d’emprunt, travaux d’entretien, etc.) de ses revenus locatifs, c’est-à-dire des loyers qu’il perçoit. Il réduira ainsi son assiette imposable et fera baisser, voire effacera, ses revenus fonciers. Si son bien lui coûte plus cher qu’il ne lui rapporte, en clair, si le total des charges déductibles dépasse, en montant, les loyers qu’il encaisse, un déficit foncier se crée. Le propriétaire a alors la possibilité de déduire, dans la limite de 10 700 € par an, ce déficit de ses autres revenus (salaires, pensions, etc.). Si le montant du déficit dépasse 10 700 €, l’excédent pourra être reporté sur les revenus locatifs des dix prochaines années.