Logements vacants : 1 logement sur 4 est inoccupé dans le centre de Paris

Logements vacants : 1 logement sur 4 est inoccupé dans le centre de Paris
partage(s)

Selon une étude récente, 26 % des logements des 4 arrondissements du centre de Paris sont actuellement vacants. La part des résidences principales y est également plus faible que dans le reste de la capitale.

À Paris, la part des logements inoccupés explose dans le 2e arrondissement

Selon l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), un quart (26 %) des logements des 4 arrondissements centraux de Paris (1er, 2e, 3e et 4e), soit près de 20 300 appartements, sont actuellement inoccupés. Une proportion sensiblement supérieure à la moyenne parisienne, qui s’élève à « seulement » 15 %. De plus, entre 2008 et 2013, la part des logement inoccupés a augmenté plus rapidement dans ces 4 arrondissements que dans le reste de la capitale (+ 1,3 point contre 0,6 point en moyenne). Dans le 2e arrondissement, elle a augmenté de 6 points, alors que dans les trois autres arrondissements centraux, les évolutions ne dépassent pas les +/‐ 1 point, précise cette étude. L’Apur ajoute que la « concentration d’activités économiques, touristiques et commerciales » dans les 4 arrondissements centraux parisiens induit « une forte pression sur l’espace public ».

Carte Paris Logements Vacants
Les 4 arrondissements centraux représentent 4,5 % de la population pour 6,4 % de la superficie de Paris. © Apur

Dans le centre de la capitale, 6 personnes sur 10 vivent seules

Les quatre premiers arrondissements de Paris comptent, dans leur ensemble, 59 000 résidences principales, ce qui représente 74 % des logements. Cette proportion est inférieure à la moyenne parisienne qui s’élève à 85 %. Par ailleurs, dans les arrondissements centraux, 57 % des ménages (33 600 personnes) vivent seules dans leur logement, contre 51 % dans l'ensemble de la capitale. Considérés individuellement, la situation des 4 arrondissements du centre de Paris est homogène puisque la proportion varie de 56 % dans le 3e arrondissement à 58 % dans le 1er arrondissement. Cette surreprésentation des ménages d’une personne s’explique notamment par le fait que les arrondissements centraux sont majoritairement composés de petits logements d’une ou 2 pièces (60 %), en particulier le 2e arrondissement (66 %).

Bon à savoir

Par comparaison avec l’ensemble de Paris, les arrondissements centraux se caractérisent par une surreprésentation des jeunes adultes disposant de revenus plutôt élevés.