Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Immobilier de luxe : une hausse des ventes de 10 % en 2020 !

En 2020, malgré la crise sanitaire, qui a impacté le secteur du logement, le marché de l’immobilier de luxe s’est très bien comporté. L'année a été marquée par une hausse de l’intérêt des Français pour les biens de prestige situés en dehors de Paris.

Immobilier de luxe : une hausse des ventes de 10 % en 2020  !

Sommaire

L’immobilier de luxe au plus haut en 2020 malgré la crise sanitaire !

Malgré le contexte Covid-19, Sotheby's International Realty France - Monaco, spécialiste de l’immobilier de luxe, annonce de bons résultats pour l’année 2020, avec une hausse de 10 % des ventes des biens de prestige par rapport à 2019. « Nous avions déjà observé un fort intérêt de la part de nos clients pendant le premier confinement et constaté qu'il s'était concrétisé par des transactions dès le déconfinement. Cette tendance s'est répétée et même accélérée pendant et après le deuxième confinement. Au total, malgré 3 mois d'arrêt presque total des transactions, les résultats sont étonnants. Il semble que la crise Covid a motivé spécialement les acheteurs français à se ruer sur l'immobilier de prestige avec deux motivations principales : pour améliorer leur qualité de vie et en même temps pour profiter de l'immobilier comme valeur refuge », affirme Alexander Kraft, Président du groupe immobilier.

Chiffres Clés

En France, en 2020, les agences Sotheby’s ont réalisé au total un volume de ventes de plus de 1 milliard d'euros, en hausse de 5,5 % par rapport à 2019.

En région, l’immobilier de prestige est très dynamique

En 2020, on a pu observer un fort intérêt des acheteurs français pour les résidences de prestige situées en dehors de Paris et de sa région.  « Les confinements ont permis de généraliser le télétravail et ont renforcé les envies d'espace et de verdure des Français. Au total, nous avons relevé trois grandes tendances chez nos clients : ceux qui déménagent pour plus grand, plus calme ou un extérieur en plus, ceux qui achètent une résidence secondaire d'où ils pourront télétravailler et dont ils profiteront plus souvent et enfin ceux qui changent totalement de vie en quittant les grandes agglomérations pour plus de calme », indique Alexander Kraft. « Toutefois le marché parisien a très bien fonctionné. Les prix sont stables pour le moment : les appartements affichés au bon prix partent sans difficulté, les biens vraiment exceptionnels n'ont pas vu leur prix baisser. Ceux qui restent sur le marché sont généralement des biens dont les propriétaires ont du mal à ajuster le prix à la réalité du marché ».

« Contrairement à ce qu'on pourrait attendre, pendant cette période de crise, nous avons conclu plus de ventes hyper haut de gamme par rapport à 2019 »

Alexander Kraft.

Une année 2021 placée sous de bons auspices ?

Si l'année 2020 a été très bonne pour l’immobilier de prestige, elle l’aurait été encore davantage sans la crise sanitaire. « Nous avons constaté un plafonnement des prix, qui montre que de vrais biens d'exception sans défaut se vendent encore bien et au prix. Par contre les prix des biens avec défaut stagnent voire reculent. Les prix pour les résidences secondaires vont rester stables malgré une demande importante parce qu'on bénéficie encore d'un grand inventaire qui s'est accumulé ces dernières années. Aujourd'hui, nous avons encore un grand nombre de transactions sous compromis de vente. Ceci nous amène à espérer que 2021 sera une belle année en dépit du contexte », déclare Alexander Kraft. « Nous avons remarqué un intérêt grandissant de la part des acheteurs étrangers, qui se renseignent notamment sur le marché parisien. Si quelques-uns ont concrétisé leur achat après des visites virtuelles, la majorité demande des informations pour une éventuelle visite quand la situation sanitaire le permettra. Nous espérons que 2021 verra entre autres le retour des acquéreurs étrangers ».

Chiffres Clés

En 2020, le prix de vente moyen d’un bien de luxe était de 1,29 millions d'euros, en baisse de 17 % sur 1 an en raison de la hausse des ventes en province.

Plus de conseils :