L’encadrement des loyers a-t-il eu un effet en France ?

Au cours des dernières années, le prix de l’immobilier dans les grandes villes a beaucoup augmenté. Mais qu’en est-il des loyers ? Les locataires des métropoles sont-ils tous logés à la même enseigne ? L'encadrement à Lille et à Paris a-t-il contenu les loyers ? LIEPP/Sciences Po et SeLoger se sont penchés sur le sujet.

A Lyon et à Bordeaux : + de 8 % de hausse sur les loyers en 4 ans

Il résulte de l’analyse à laquelle se sont livrés LIEPP/Sciences Po et SeLoger qu’entre janvier 2015 et novembre dernier, c’est à Lyon et à Bordeaux que les prix des loyers ont progressé le plus fortement. Sur les deux villes, la hausse se chiffre, en effet, à plus de 8 %. C’est donc peu dire que les loyers y ont littéralement bondi ! Pour information, rappelons qu’en ce qui concerne le montant des loyers de marché (issus d’une nouvelle location ou d’une relocation) qui y sont pratiqués, pour l’année 2018, l’Observatoire Clameur - dont SeLoger est partenaire - nous apprend qu’il est de 11,2 €/m² à Lyon et de 13,4 €/m² à Bordeaux.

Loyer location en France sur 4 ans
Entre janvier 2015 et novembre dernier, c’est à Lyon et à Bordeaux que les prix des loyers ont le plus augmenté. ©SeLoger

+ 2,5 % sur les loyers des logements à Lille et à Marseille

S’il est un point sur lequel les deux extrêmes (géographiquement s’entend) que sont les villes de Lille et de Marseille se rejoignent, c’est bien sur l’évolution qu’ont connue leurs loyers au cours des trois dernières années. Jugez plutôt, sur la période de référence, l’augmentation des loyers lillois (13,7 €/m² en 2018) et phocéens (12,4 €/m²) n’a pas dépassé 2,5 %. En comparaison de l’évolution affichée par les loyers lyonnais et bordelais, la dynamique des loyers à Lille et à Marseille paraît ainsi bien modeste.

À Paris, l’encadrement des loyers semble avoir contenu la hausse

Contre toute attente, les loyers dans la capitale n’ont que peu progressé jusqu’au second semestre 2017, mais à partir de ce moment, ils connaissent une augmentation brutale, allant jusqu’à rattraper les loyers de Marseille et de Lille. Si les chercheurs du LIEPP se montrent circonspects sur ce point, il serait tentant d’attribuer ce brusque sursaut de l’évolution des loyers parisiens à l’annulation de l’encadrement des loyers par la justice administrative. En effet, du mois d’août 2015 jusqu’au 28 novembre 2017, date de son annulation, l’encadrement des loyers pourrait avoir rempli son rôle en contenant la hausse de la rémunération des propriétaires.

Loyer location dans le Grand Paris
La hausse limitée des loyers parisiens jusqu'à leur rebond en 2018 serait-elle liée à la mise en place - puis à l'annulation - de l'encadrement des loyers ?  ©SeLoger

Bon à savoir

Entre 2015 et 2017, les loyers parisiens ont peu évolué.

Le prix de l'immobilier progresse plus vite que celui des loyers: + 20 % vs + 5 %

Si les loyers et les prix des logement relevés dans les grandes villes françaises s’étaient livrés à une course dont la ligne de départ se situerait en 2016, c’est le prix de l’immobilier qui, trois ans plus tard, aurait franchi la ligne d’arrivée en premier. En clair, à la question de savoir qui, des loyers ou du prix des logements, a connu l’évolution la plus rapide durant ces dernières années, la réponse est : le prix des logements. Et pour cause, à fin 2018, acheter à Lyon ou encore à Paris coûte 20 % plus cher qu’en 2016, alors que dans le même temps, dans le cas d’une location, le surcoût se limite à 5 %…

Les points clés à retenir

  • À Lyon et à Bordeaux, l'évolution des loyers a été rapide: +8 %.
  • À Marseille et à Lille, la progression des loyers a été plus modeste: + 2,5 %.
  • L'encadrement des loyers semble avoir stabilisé les loyers à Paris entre 2015 et 2017.