Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Location : Top 10 des villes étudiantes les plus recherchées depuis le déconfinement

Location : Top 10 des villes étudiantes les plus recherchées depuis le déconfinement

Crise sanitaire oblige, de nombreux étudiants avaient mis fin prématurément à leur bail pour rentrer se confiner chez leurs parents. Mais alors que la rentrée 2020 se profile, la demande locative estudiantine repart de plus belle ! Voici notre classement des dix grandes villes étudiantes où les recherches de locations ont le plus progressé depuis le déconfinement.

Location : Top 10 des villes étudiantes les plus recherchées depuis le déconfinement

Sommaire

Lille : des recherches de locations en hausse de 17,7 %

Les données recueillies par SeLoger confirment la bonne reprise, post-confinement, de la demande locative dans les grandes villes étudiantes. Alors que de nombreux étudiants avaient mis fin prématurément à leur contrat de location (augmentant ainsi, par un effet cascadant, la vacance locative des biens loués), force est de constater que les recherches de locations ont massivement repris. À Lille, elles sont ainsi 17,7 % plus nombreuses qu’en juin dernier. Si la plupart des recherches locatives ont été effectuées par les étudiants (ou par leurs parents !) entre les mois d’avril et de juin, la croissance affichée par la capitale des Flandres aura été plus importante en juillet qu’en juin.

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : Vieux-Lille, abords de la Grand’Place (rue Nationale, boulevard Carnot), République, Vauban.

Le prix des loyers à Lille pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 478 €/mois
  • Location meublée : 499 €/mois CC

Rennes : des recherches en hausse de 15,8 %

Il ressort de l’analyse des statistiques de fréquentation de SeLoger que c’est Rennes qui pointe en deuxième position des grandes villes étudiantes de France où le redémarrage de la demande locative est la plus forte. Dans le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, la croissance relevée sur juillet progresse de 15,8 % par rapport à juin. Le hic, c’est qu’il devient de plus en plus difficile pour les quelques 67 000 étudiants que totalise Rennes d’y trouver un logement de petite superficie... Et dans celle que l’on surnomme la Ville Rouge comme dans la plupart des grandes villes étudiantes françaises, les logements proposés par le Crous n'atténuent que peu cette pénurie.

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : hyper-centre, Sainte-Anne, Colombier, Beauregard, Villejean, Cleunay, Arsenal-Redon.

Le prix des loyers à Rennes pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 424 €/mois
  • Location meublée : 439 €/mois CC

Toulouse : des recherches en hausse de 12,5 %

La médaille de bronze de notre palmarès des grandes villes étudiantes dont les annonces de locations ont été le plus consultées sur SeLoger depuis le confinement revient à Toulouse. Sur le mois de juillet, les recherches locatives y auront été de 12,5 % supérieures à celles réalisées le mois précédent, traduisant ainsi une reprise dynamique de l’activité. Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’avec Lille, Toulouse est la seule ville de notre classement à enregistrer une augmentation plus forte en juillet qu’en juin, signe que les étudiants semblent s’y prendre de plus en plus tardivement pour leur recherche d'appartement.

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : Saint-Michel, Carmes, Saint-Cyprien, Le Busca.

Le prix des loyers à Toulouse pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 458 €/mois
  • Location meublée : 516 €/mois CC

Grenoble : des recherches en hausse de 12 %

Si la crise sanitaire a conduit bon nombre d’étudiants grenoblois à libérer plus tôt leur logement et à passer le reste de l’année universitaire chez leurs parents, les données que nous avons récoltées semblent indiquer qu’ils sont nombreux à être (re)partis en quête d’un logement pour la rentrée 2020. Dans celle que l’on surnomme la Capitale des Alpes, les recherches locatives sont ainsi en hausse de 12 % par rapport au mois de juillet. Les quelque 68 000 étudiants que compte Grenoble se sont donc massivement connectés pour trouver à se loger sur un marché où les locations meublées occupent une part de plus en plus importante.

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : hyper-centre, Chorier-Berriat, Championnet, Europole.

Le prix des loyers à Grenoble pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 427 €/mois
  • Location meublée : 441 €/mois CC

Nancy : des recherches en hausse de 9 %

Chère au coeur des étudiants qui sont nombreux, chaque année, à la faire figurer dans leurs voeux d’orientation sur la plate-forme Parcoursup, Nancy fait, elle aussi, partie de ces villes étudiantes qui enregistrent une bonne reprise de leur marché locatif. Comme en témoignent les données recueillies sur SeLoger, sur le mois de juillet, les recherches de biens à la location dans la Cité Ducale auront progressé de 9 % par rapport à juin. Il faut dire qu’avec 49 000 étudiants inscrits à l’université de Lorraine (et qu’il faut bien loger !), la demande locative nancéienne est forte. Quant aux étudiants en quête d’un appartement à Nancy, s’ils ont, pour la plupart, entrepris leurs recherches dès la fin du mois de mai, voire début juillet, certains pourraient toutefois être tentés de ne se mettre à chercher qu’en août. Si ce choix est risqué (les meilleurs appartements auront déjà été loués !), il pourrait toutefois leur permettre de faire l’économie de deux mois de loyers (juillet et août).

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : vieille ville, Boudonville-Scarpone-Libération, Poincaré-Foch-Anatole France-Croix-de-Bourgogne.

Le prix des loyers à Nancy pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 385 €/mois
  • Location meublée : 404 €/mois CC

Aix-en-Provence : des recherches en hausse de 8,3 %

D’après les chiffres que nous avons agrégés, les recherches de locations vont bon train à Aix-en-Provence, avec un gain de 8,3 % par rapport au mois de juin. Ces résultats ont toutefois de quoi surprendre car, traditionnellement, les recherches de locations étudiantes démarrent dès le mois d’avril pour s’achever, au plus tard, en juin, quitte à devoir payer deux mois de loyer (juillet + août) pour un bien que l’on n'occupera qu’à la rentrée. La crise du Covis aura ainsi rebattu les cartes du marché locatif et considérablement prolongé la période de recherche des locataires étudiants partout en France. De plus, si Aix-en-provence affiche une croissance plus faible que les autres villes étudiantes sur les mois de mai et juin, sa croissance se stabilise. Enfin, avec des recherches de locations en hausse de 8,3 %, la Capitale des Comtes de Provence  progresse plus rapidement que des villes comme Bordeaux, Paris ou encore Lyon. Le hic, c’est qu’à Aix comme ailleurs, la demande est non seulement forte mais elle dépasse les stocks disponibles et le récent afflux de locations meublées sur le marché ne semble pas près d’éponger le surplus…

> Secteurs les plus prisés par les étudiants : centre historique, quartier Mazarin, cours Mirabeau, rues de l’Opéra et d’Italie, Facultés.

Le prix des loyers à Aix-en-Provence pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 535 €/mois
  • Location meublée : 549 €/mois CC

Nantes : des recherches en hausse de 6,3 %

À l’instar des autres villes de notre classement, à Nantes, les locataires sont au rendez-vous. Dans la Capitale des Ducs de Bretagne, les recherches de location accusent ainsi 6,3 % de hausse par rapport au mois précédent. À Nantes, ce sont, en effet, plus de 50 000 étudiants qui cherchent une location, chaque année et une large proportion d’entre eux prospectent dans le parc locatif privé. Enfin, les petites superficies (studios, T1) tendent à être particulièrement recherchés par les étudiants. Mais sur un marché locatif tendu comme l'est le marché nantais, parvenir à signer un contrat de location relève bien souvent du parcours du combattant…

> Les secteurs de Nantes les plus prisés par les étudiants : centre-ville, place du Commerce, cours des 50-Otages, quartiers Bouffay et Hauts-Pavés-Saint-Félix, nord de la ville (proche des facultés).

Le prix des loyers à Nantes pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 428 €/mois
  • Location meublée : 480 €/mois CC

Lyon : des recherches en hausse de 4,5 %

La crise du Covid les ayant privés de leurs jobs d’appoint, de nombreux étudiants (lyonnais mais pas que !) n’ont désormais d’autre choix que de s’endetter pour payer leurs loyers. Sur SeLoger, la Capitales des Gaules totalise 4,5 % de recherches de locations supplémentaires par rapport au mois de juin dernier. Dans un contexte tendu, et pour faire face à une demande étudiante sans cesse plus pressante, une ancienne usine vient d’ailleurs d’être transformée en résidence étudiante (huit triplex pouvant accueillir chacun quatre étudiants) dans le 9e arrondissement de Lyon, dans le quartier de Vaise.

> Les secteurs de Lyon les plus prisés par les étudiants : Presqu’Île, Perrache, Monplaisir,  Garibaldi.

Le prix des loyers à Lyon pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 518 €/mois
  • Location meublée : 593 €/mois CC

Paris : des recherches en hausse de 1,6 %

Alors que les recherches de biens à louer sur Paris ne progressent plus que de 1,6 % entre les mois de juillet et de juin, elles avaient littéralement explosé au sortir du confinement, totalisant 51,8 % de hausse en mai par rapport à avril, et enregistrant au passage la plus forte hausse des dix villes de notre classement. Rien d’étonnant, donc, à qu’il soit de plus en plus difficile pour les Franciliens, qu’ils soient étudiants ou jeunes actifs, de trouver un logement à louer : loyers (très !) élevés, concurrence entre les candidats à la location… Pour gagner en superficie et en convivialité, de plus en plus d’étudiants parisiens optent d’ailleurs pour la colocation.

> Les secteurs de Paris les plus prisés par les étudiants : quartier Latin (prisé mais cher…), République, Bastille, 19e et 20e arrondissements (parce que les loyers y sont légèrement moins stratosphériques que dans le reste de la capitale), proche banlieue-est (pour les mêmes raisons…).

Le prix des loyers à Paris pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 835 €/mois 
  • Location meublée : 930 €/mois CC

Bordeaux : des recherches en recul de 1,2 %

Nos chiffres montrent qu’en juillet, à Bordeaux, les recherches locatives sont en légère baisse (- 1,2 %) par rapport à leur niveau de juin dernier. Ce ralentissement doit toutefois être tempéré par le fait qu’en mai dernier, les recherches de locations réalisées sur les pages de SeLoger étaient en hausse de 42,6 % par rapport au mois d’avril et en juin, le gain atteignait 10 % par rapport au mois de mai. Enfin, à Bordeaux comme dans les autres grandes villes de notre palmarès, les étudiants tendent à privilégier les T1, les colocations et les meublés.

> Les secteurs de Bordeaux les plus prisés par les étudiants : quartiers Victoire et Saint-Pierre, rues Sainte-Catherine et du Parlement, Saint-Genès.

Le prix des loyers à Bordeaux pour un studio

  • Loyer moyen, charges comprises : 503 €/mois
  • Location meublée : 620 €/mois CC

Locations : un rattrapage s'est opéré post-confinement !

Zoom sur l'évolution - par rapport au mois précédent - des recherches de locations effectuées (via les pages d'annonces du site SeLoger) dans les plus grandes villes étudiantes de France, au lendemain du déconfinement…

Ville Avril 2020 Mai 2020 Juin 2020
Aix-en-Provence + 18,6 % + 36,8 % + 8,4 %
Bordeaux + 16 % + 42,6 % + 10,1 %
Grenoble + 9,4 % + 45,2 % + 16,2 %
Lille + 17,3 % + 48,7 % + 15,3 %
Lyon + 7,3 % + 45, 9 % + 14,9 %
Nancy + 19,9 % + 43,6 % + 11,7 %
Nantes - 2,6 % + 46 % + 13, 3 %
Paris - 9,6 % + 51,8 % + 10,8 %
Rennes -5,7 % + 40,3 % + 19,7 %
Toulouse +11,22 % + 40,6 % + 11,4 %

Source : SeLoger

Bon à savoir

Contrairement à 2019, où les mois de juin et juillet affichaient une décroissance, les recherches en location continuent de progresser sur ces mois en 2020.

Plus de conseils :