PTZ : deux fois plus de ménages pourront en bénéficier en 2016

PTZ : deux fois plus de ménages pourront en bénéficier en 2016

Nouveaux critères d'attribution, seuils de revenus revus à la hausse, augmentation du plafond de financement… Les mesures gouvernementales, dont fait l'objet le PTZ, devraient conduire à débloquer 120 000 prêts à taux zéro en 2016.

Un PTZ revu et corrigé pour booster l'immobilier

Les modifications subies par le PTZ sont intervenues à plusieurs niveaux :

  • Jusqu'à 40 % du montant du logement pourront être financés (contre une prise en charge oscillant entre 18 et 26 % aujourd'hui),
  • Une extension à tout le territoire (il avait tout d'abord été annoncé que l'élargissement du PTZ ne concernerait que la zone C),
  • Des plafonds de ressources relevés (en zone A, le seuil d'éligibilité qui avait été fixé à 72 000 € de revenus par an pour une famille de quatre personnes passera ainsi à 74 000 € annuels),
  • Un allongement des différés de remboursement (anciennement limitée à 14 ans, la durée au cours de laquelle l'emprunteur est autorisé à ne rembourser que le prêt amortissable oscillera entre 5 et 15 ans) mais aussi du prêt en lui-même (avec un minimum de 20 années et des mensualités réduites en conséquence).

Plus de prêts à taux zéro (et des emplois !) à la clé !

Avec dans son viseur un objectif avoué de 120 000 prêts accordés en 2016 (contre une moyenne de 65 000 en 2015), le gouvernement espère ainsi non seulement booster le marché immobilier mais aussi encourager la primo-accession à la propriété, notamment dans le neuf. À terme, et de l'aveu même de Sylvie Pinel, la ministre du Logement, cette nouvelle version du PTZ devrait permettre, en outre, de créer pas moins de 50 000 emplois. Pour info, la totalité des mesures au menu de ce PTZ millésimé « 2016 » s'appliquera dès le 1er janvier 2016 et cela pour une durée de deux années.

Bon à savoir

En 2016, un célibataire résidant en zone C pourra prétendre au PTZ à condition que ses revenus annuels se limitent à 24 000 € (contre un plafond de ressources établi à 22 000 € en 2015)

La rédaction vous conseille :