Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Les taux de crédit immobilier se stabilisent à 1,13 % !

Les taux de crédit immobilier se stabilisent à 1,13 % !

Si vous avez envie de concrétiser votre projet d’achat, c’est encore le moment ! Au cours du dernier trimestre 2019, les taux de crédit immobilier se sont stabilisés à 1,13 % en moyenne. Des taux relativement bas qui devraient se poursuivre sur ce début d’année 2020.

Les taux de crédit immobilier se stabilisent à 1,13 % !

Crédit immobilier : des taux toujours en baisse !

Avis aux futurs acheteurs : les taux de crédit immobilier sont toujours favorables ! Au 4e trimestre 2019, les taux se sont établis à 1,13 % en moyenne (1,18 % dans l'immobilier neuf contre 1,14 % dans l'immobilier ancien). Après plusieurs mois de baisse, ces derniers semblent donc se stabiliser d'après les dernières données communiquées par l'Observatoire Crédit Logement. Parmi les emprunteurs, 3/4 d'entre eux bénéficient de taux inférieurs à 1 %, avec des emprunts réalisés sur 15 ans, mais en moyenne, la durée des prêts immobiliers accordés reste de 229 mois sur l'ensemble du 4e trimestre 2019... du jamais vu. 

Les ménages les plus jeunes empruntent sur les durées les plus longues

Avec des taux de crédit immobilier faibles et des durées d'emprunt qui s'allongent, l'accès à la propriété est favorisé, et notamment pour les ménages les plus jeunes. En effet, depuis 2012, les ménages les plus jeunes sont clairement ceux qui empruntent sur les durées les plus longues. Aujourd'hui, 62,5 % des moins de 35 ans ont recours à des crédits sur une durée supérieure à 20 ans (2,6 % à plus de 25 ans), contre 3,1 % pour les 65 ans et +. Cette configuration actuelle s'explique notamment par les conditions d'octroi des crédits qui se sont considérablement assouplies au fil des années. Avec des taux d'apport qui n'ont jamais été aussi bas depuis plus de 40 ans, l'accès au crédit n'a jamais été aussi facile !

Bon à savoir

Le taux d'apport personnel, qui était de 25,8 % en 2012, atteint désormais 14 %. Un recul qui a par ailleurs été plus rapide dans l'immobilier ancien que dans l'immobilier neuf.

Mais quelles sont les réelles capacités d'achat des ménages ?

Si l’amélioration des conditions de crédit et l’allègement des taux d’apport personnel exigé par les établissements bancaires ont atténué la dégradation de la solvabilité de la demande des ménages, leur capacité à acheter a nettement baissé depuis 2012 dans 42 % des villes de plus de 100 000 habitants. Dans près de la moitié d'entre elles, ce sont bel et bien les prix de l'immobilier qui ont joué un rôle sur les capacités d'achat des ménages. En hausse sur une bonne partie du territoire français, les prix de l'immobilier ont effectivement eu un impact sur la surface achetable, et notamment à Bordeaux, Grenoble, Lyon, Rennes et Villeurbanne où elle a nettement diminué. En revanche, dans les villes où les prix immobiliers ont baissé, la surface achetable s’est accrue, comme à Amiens, Le Havre, Limoges, Perpignan, Saint-Étienne et Toulon. Cela a aussi été le cas dans les villes où la hausse des prix a été modérée : à Aix-en-Provence, Nîmes ou même Nice.

Le Top 3 des villes où les prix se sont envolés en 2019

En cours de chargement...