« En 2021, le prix immobilier devrait baisser au Havre »

Anissa Duport-Levanti
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Quelle dynamique connait le marché immobilier havrais depuis la crise sanitaire ? Y a-t-il un attrait décuplé pour la résidence secondaire depuis le déconfinement ? Quelles perspectives pour 2021 ? On fait le point avec Caroline Nicolosi, directrice de l'agence Stéphane Plaza - Le Havre Ouest.

Image
« En 2021, le prix immobilier devrait baisser au Havre »
Pour Caroline Nicolosi, directrice d’agence au Havre, les prix devraient se normaliser en 2021 et donc commencer à baisser. © Allard One

Comment le marché immobilier s’est-il développé depuis la crise sanitaire ?

L’année 2020 a été dynamique, avec des prix haussiers dès janvier, mais c’était déjà le cas en 2019. Nous avons connu une année record en termes de transactions, autant en Normandie que sur le reste de la France. La crise sanitaire a accéléré la mise en œuvre de certains projets, notamment ceux des Havrais. Les mois de mai, juin et juillet ont été assez fous car ils ont combiné cette période généralement très dynamique avec le rebond du déconfinement.

Quels sont les logements les plus recherchés au Havre ?

Incontestablement les maisons individuelles et l'explosion des prix ont fait évoluer le marché. Les gens, qui n’ont pas le budget pour une maison dans la ville, ont désormais accepté de sortir du Havre. Pour les maisons, cette crise profite clairement à la périphérie.

Nous avons aussi vendu beaucoup plus d’appartements en centre-ville, avec une demande toujours très forte notamment sur l’extérieur. Les appartements avec un grand balcon ou une terrasse étaient déjà très recherchés mais ce qui a changé, c’est le prix. Les prix de ces biens se sont envolés : il y a 3 ans on les vendait autour de 2 300 € au m², aujourd’hui c’est plutôt 2 700 €. On a eu globalement une hausse des prix d’environ 17 % dans l’hypercentre. La demande en elle-même n’a pas beaucoup changé, mais les gens ont pu se poser et murir le projet. Ils sont donc nombreux à avoir sauté le pas lors du déconfinement et à s’être positionnés très vite, avec très peu de négociation.

Le prix immobilier au Havre est de 2 226 €/m².

Le profil des acheteurs a-t-il changé ?

Nous avons un apport de personnes extérieures au Havre, notamment des Parisiens qui ont voulu trouver un peu de verdure et d’air marin tout en étant proche de la capitale, à 2h de train, d’autant que le télétravail permet aujourd’hui d’envisager vivre entre Le Havre et Paris. Néanmoins, il n’y a pas eu de véritable vague de Parisiens qui ont acheté au Havre après le premier confinement, ce sont surtout des investisseurs qui ont commencé à arriver en 2017 et qui font maintenant du repérage car ils réfléchissent à s’y installer. En revanche, on voit beaucoup de Havrais qui étaient partis travailler en région parisienne et qui reviennent maintenant au pays.

Y a-t-il un attrait décuplé du Havre comme lieu de villégiature ?

Oui dans une certaine mesure, mais c’est un engouement que l’on ressent depuis deux ou trois ans, avec certes une accélération depuis 2020 et le déconfinement mais on ne le ressent pas tellement dans notre clientèle. De fait, les gens qui arrivent au Havre viennent d’abord pour travailler car nous avons une dynamique économique assez forte, notamment au niveau industriel. On commence à devenir une alternative sur la résidence secondaire mais nous n’avons pas encore la réputation de station balnéaire, malgré un bord de mer en plein centre-ville, ce qui est unique en Normandie !

Selon vous, comment le marché va-t-il évoluer ?

Je pense que l’on s’oriente plutôt vers une baisse des prix. Ils ont beaucoup augmenté cette année et on a senti beaucoup d’urgence depuis mai chez les acquéreurs car on ne sait pas de quoi l’avenir sera fait, il est important d’être bien logé. Mais cette forte dynamique se calme depuis dix jours. On aura sans doute un rattrapage du mois de novembre en décembre mais le marché sera peut-être plus atone en 2021, jusqu’à ce que les énergies soient de nouveau libérées avec la reprise économique.

Je pense aussi que les vendeurs seront plus nombreux car des gens auront la nécessité de vendre. Actuellement, on fait beaucoup d’estimations et on a des projets de vente en début d’année. À voir en janvier si la demande sera au rendez-vous et si les vendeurs seront ouverts à la négociation en cas de baisse des prix…

Image
Caroline Nicolosi, Directrice de l'agence Stéphane Plaza
Agence Stéphane Plaza - Le Havre Ouest.
Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Cannes ne connaît pas la crise : ses prix immobiliers sont en augmentation et la ville abrite la 2e rue la plus chère de France, le Boulevard de la Croisette. © bwzenith - Getty images
Villes
Le Festival de Cannes se déroulera du mardi 14 mai au samedi 25 mai 2024. L’occasion de revenir sur le marché et les prix immobiliers de cette ville qui se pare chaque année d’une atmosphère pleine de...
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...