Royan : « Le prix immobilier ne devrait pas baisser »

Florian Billaud
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Après la crise du Covid-19, un point sur la santé du secteur immobilier royannais est le bienvenu. Les prix vont-ils se maintenir ou une baisse doit-elle être anticipée ? Où faut-il investir sur Royan et quel type de bien acheter sur le secteur ? Pascale Thuillier, responsable Transactions à l’agence Nexity de Royan, nous apporte quelques éléments de réponse.

Image
Royan : « Le prix immobilier ne devrait pas baisser »
Les logements en front de mer sont très prisés des acquéreurs. © Mélanie Lemahieu

Au lendemain du confinement, pensez-vous qu’une baisse des prix sur Royan et ses environs soit prévisible ?

Il est encore trop tôt pour le savoir. Pour le moment, les clients sont au rendez-vous, les prix immobiliers sur Royan et ses environs ne devraient pas baisser dans l’immédiat. C’est la première tendance qui se dégage de ces premières semaines post-confinement, mais nous n’avons pas suffisamment de recul pour en être certains. Un bilan pourra être établi dans quelques mois, mais une baisse des prix semble peu probable sur le secteur.

Quels quartiers ou secteurs royannais sont-ils les plus attractifs ?

Les acquéreurs souhaitent être le plus près possible du bord de mer, ainsi que des commerces et de l’animation du centre-ville royannais. L’essentiel de la demande immobilière se concentre donc sur ces secteurs, où l’on peut notamment trouver des appartements avec vue sur mer. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucune demande pour les quartiers plus éloignés du centre. Certains clients, qui n’ont pas un budget suffisant pour acheter un bien proche de la mer et des commodités du centre-ville, orientent leur recherche un peu plus loin.

Le prix immobilier à Royan est de 2 900 €/m² environ (Source : SeLoger)

Quels sont les biens immobiliers les plus recherchés à Royan ?

La clientèle, sur Royan, est composée essentiellement de personnes à la recherche d’une résidence secondaire en provenance des grandes métropoles. Les acheteurs locaux sont peu présents sur la ville. En règle générale, les acquéreurs privilégient les appartements de 3 pièces et sont très demandeurs de logements en front de mer. Cependant, au lendemain du confinement, on observe un regain d’intérêt pour les plus petits appartements ou les maisons avec extérieur. L’agence a actuellement de nombreuses demandes pour des biens de plain-pied avec terrain ou rez-de-jardin.

Quels sont les biens qui trouvent moins facilement preneur sur le secteur de Royan ?

Tous les biens trouvent preneur, mais l’agence constate une certaine réticence des acquéreurs envers certains logements. Ces derniers sont particulièrement vigilants au montant des charges de copropriété et aux travaux à réaliser dans le logement. Ils se détournent des résidences, dont les charges sont trop élevées, et des biens qui nécessitent de lourds travaux de réhabilitation. Ces biens se vendent, mais la marge de négociation est plus importante.

« On observe un regain d’intérêt pour les petits appartements ou les maisons avec extérieur »

Pascale Thuillier, responsable Transactions à l’agence Nexity de Royan

Ces mois de confinement ont-ils changé vos habitudes de travail ?

Dans l’immobilier, nous sommes des gens de terrain, mais nous avons réussi à nous adapter à la situation pendant ces mois de confinement. Nous avons mis en place le télétravail. Il est certain qu’il ne se passe pas la même chose à distance, mais nous avons continué à travailler en nous appuyant sur les outils numériques dont nous nous servons déjà au quotidien. Cela nous a permis de préparer la reprise de l’activité et de rester en lien avec nos clients.  Depuis quelques semaines, nous sommes heureux de pouvoir retrouver un contact plus direct avec notre clientèle. Le marché immobilier royannais reprend progressivement.

Image
Pascale Thuillier - Responsable Transactions à l’agence Nexity
Pascale Thuillier - Responsable Transactions à l’agence Nexity, 34 rue Gambetta, 17200 Royan
Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
Image
Immobilier : pas de krach en vue !
Baromètre LPI-SeLoger
À fin avril dernier, soit après un mois de confinement (et de blocage de l’activité immobilière)...
A la une !
Image
Cannes ne connaît pas la crise : ses prix immobiliers sont en augmentation et la ville abrite la 2e rue la plus chère de France, le Boulevard de la Croisette. © bwzenith - Getty images
Villes
Le Festival de Cannes se déroulera du mardi 14 mai au samedi 25 mai 2024. L’occasion de revenir sur le marché et les prix immobiliers de cette ville qui se pare chaque année d’une atmosphère pleine de...
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...