Immobilier : le marché poursuit sa dynamique au 1er semestre 2017

Immobilier : le marché poursuit sa dynamique au 1er semestre 2017
partage(s)

Le marché immobilier se porte très bien en ce début d’année 2017. Satisfaction des ménages, volumes de vente, taux de crédit : presque tous les indicateurs sont au vert, même si de grandes différences existent selon les régions.

Les volumes de vente augmentent de 13 % en 1 an

Le réseau des agences immobilières ORPI a analysé le marché de l’immobilier français sur le premier semestre de l’année 2017. Ce nouveau bilan vient confirmer l’élan dynamique dans lequel est installé le marché depuis le second semestre 2015. Selon le réseau immobilier, plusieurs facteurs expliquent cette bonne santé, en particulier les taux de crédit historiquement bas. Ceux-ci, devraient rester relativement stables dans les mois à venir, même si une légère augmentation pourrait survenir d’ici la fin de l’année. Les acquéreurs pourront donc toujours bénéficier de conditions exceptionnelles pour réaliser leurs projets. Par ailleurs, pour la 3e année consécutive, la tendance est à la hausse pour les volumes de vente, en croissance de 13 % par rapport au premier semestre 2016. C’est également le cas du délai de vente moyen, qui a augmenté de 5 jours, pour atteindre les 84 jours.

Chiffre clé

Près de 8 Français sur 10 (77 %) estiment que la période actuelle est propice à un achat immobilier.

Prix immobilier : une évolution très hétérogène selon les villes

Pour Bernard Cadeau, Président du réseau ORPI, « la première moitié de l’année a porté deux enseignements majeurs, qui mettent en avant la bonne appréhension par les Français des enjeux du marché. » Néanmoins, certains indicateurs, comme ceux des prix, varient sensiblement d’une ville à l’autre. En effet, alors que selon le Baromètre LPI-SeLoger, la hausse des prix immobiliers a été particulièrement forte au Mans (+11,5 %), à Nîmes (+11 %), à Bordeaux (+9,5 %), à Lyon (+5,9 %) ou encore à Nice (+5,2 %), certaines villes comme Caen, Dijon ou Toulouse, restent stables. « Ces disparités fortes amènent une réflexion autour de l’aménagement du territoire, qui doit encore opérer un important travail d’homogénéisation. Les aménagements, les infrastructures, mais aussi les équipements de connectivité (haut débit, fibre) ou encore la performance énergétique des logements déterminent largement l’attractivité des villes et des régions », analyse Bernard Cadeau.

Prix immobilier villes France

Seuls 13 % des Français possèdent une résidence secondaire

D’après l’Observatoire BVA - Presse Régionale - Foncia, 9 Français sur 10 affirment être satisfaits de leur logement actuel et 46 % se disent même très satisfaits de leur lieu de vie. On peut remarquer que ce sont les plus âgés qui se montrent les plus satisfaits (96 % des 65 ans et plus), ainsi que les personnes vivant dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants (93 %) et les catégories sociales supérieures (92 %). Parmi les personnes « insatisfaites » (11 %), on peut noter une surreprésentation des plus jeunes (24 % des 18-34 ans se disent insatisfaits). Par ailleurs, plus des deux tiers des Français sont propriétaires de leur logement, mais seuls 13 % des personnes interrogées possèdent une résidence secondaire. Enfin, plus de 3 Français sur 4 précisent qu'ils préféreraient vivre dans un village ou une petite ville, plutôt que dans une grande agglomération.

Les projets immobiliers restent prioritaires pour les Français. Preuve en est, les débats présidentiels puis législatifs n’ont pas ralenti le marché. Aucun attentisme ne s’est fait ressentir. Les conditions favorables ont prévalu et les Français ont poursuivi leurs projets de vie sans attendre ! ».

Bernard Cadeau, Président du réseau ORPI.