Vallée de la Chimie lyonnaise : 5 500 logements vont être mis en conformité d'ici 2024

Vallée de la Chimie lyonnaise : 5 500 logements vont être mis en conformité d'ici 2024
partage(s)

Dans le cadre du Plan de Prévention des Risques Technologiques de la Vallée de la Chimie, la Métropole de Lyon lance la première phase test pour la protection et la rénovation de 100 logements.

10 sites classés Seveso, 5 500 logements privés à rénover d’ici 2024

La Vallée de la Chimie compte dix sites industriels classés Seveso sur une dizaine de communes du sud de Lyon.  Sites extrêmement sensibles pour lesquels un Plan de Prévention des Risques Technologiques, (PPRT), a été approuvé en octobre 2016. Ce PPRT, le plus important de France, recense près de 5 500 logements privés concernés par le volet  « habitat » et assujettis à la prescription de travaux pour des raisons de sécurité.

Quels types de travaux ?

Les communes concernées sont impactées à la fois par des effets thermiques, toxiques et de surpression. Les types de travaux varient en fonction des zones et des risques présents :

  • Risque de surpression : intervention sur les fenêtres et travaux de renfort de charpente.
  • Risque thermique : travaux d’isolation.
  • Risque toxique : travaux de confinement, d’arrêt de ventilation ou d’étanchéité des ouvertures.

grand_lyon_habitat_seveso

Une première phase de test de 100 logements dans la Métropole de Lyon

Pour faciliter la mise en œuvre de ces travaux, les industriels du « couloir » de la Chimie, l’Etat, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Métropole de Lyon mettent en place un dispositif d’accompagnement technique, administratif, social et financier à travers un guichet unique piloté par la Métropole de Lyon. Pour cette première phase de test, le guichet unique accompagnera à la fois les propriétaires des logements ayant participé de manière volontaire à l’étude opérationnelle menée fin 2016-début 2017 et les acquéreurs de maisons individuelles de moins de trois mois situés sur la zone.

L’objectif de cette phase test est d’ajuster et de valider le fonctionnement du guichet unique qui sera mis à disposition de l’ensemble des riverains impactés dès le début 2018. Notre volonté est ensuite que ce guichet unique puisse accompagner la rénovation de 800 à 1 000 logements par an, pour assurer la mise en conformité de l’ensemble des logements privés concernés par le PPRT d’ici 2024 ».

Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon, en charge de l’Urbanisme et du renouvellement urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie

Un financement des travaux à 100 % pour les particuliers

Sur les 5 500 logements concernés, l’estimation des travaux concernés est de 43, 4 M€. Les travaux de mise en conformité seront financés à 100 %, dans la limite de 10 % de la valeur du logement privé ou 20 000 € selon les modalités suivantes :

  • 30 % par les exploitants à l’origine du risque.
  • 30 % par les collectivités, au prorata de leur perception de la contribution économique territoriale.
  • 40 % par l’Etat, sous forme de crédit d’impôt.

Bon à savoir

Les fonds patrimoniaux vont être collectés et consignés par la Métropole qui les redistribuera aux propriétaires. Une avance de contribution pour le démarrage des travaux, sur devis acceptés et travaux commandés, pourra être accordée aux bénéficiaires dans la limite de 70 % du montant global de la contribution. Les propriétaires aux revenus modestes répondant aux conditions d’éligibilité fixées par L’Anah pourront bénéficier d’une avance de crédit d’impôt par Procivis.