En 2017, les taux de crédit immobilier vont-ils lentement remonter ?

En 2017, les taux de crédit immobilier vont-ils lentement remonter ?

Après un an de baisse sans discontinuer, les taux de crédit immobilier vont se stabiliser avant de remonter progressivement dès 2017. Alors, info ou intox ? 

Certains courtiers en crédit immobilier misent sur la hausse

Les taux vont-ils lentement remonter ? Certains courtiers en crédit en sont convaincus. D’autres estiment qu’il s’agit d’une nouvelle fausse alerte. Déjà, au cours de l’année précédente, de nombreux professionnels avaient tablé sur une inversion de la tendance... à tort. Les derniers barèmes des banques sont examinés à la loupe. Si les taux restent particulièrement favorables, il n’en reste pas moins qu’un plancher semble avoir été atteint. De plus, pour la première fois depuis un an, aucune baisse des taux n’est enregistrée dans un établissement bancaire.

Conseil SeLoger

Pour souscrire un crédit avantageux, faites appel à notre partenaire : VousFinancer

Une légère remontée des taux début 2017

Empruntis confirme : « On est clairement entré dans une phase de stabilisation ». Côté Cafpi, un acteur majeur dans le secteur, la mer est « calme ». Le courtier prédit une première remontée des taux  immobiliers dès le mois de janvier 2017. Une hausse légère, non brutale, pour éviter de braquer les futurs emprunteurs.

Le niveau plancher oscillerait entre 0,9 et 1 % sur 20 ans 

Mais si les prévisions des courtiers étaient fausses il y a un an, doit-on encore leur faire confiance ? Certains éléments de contexte ont changé et rendent l’hypothèse plus crédible. En effet, les banques sont toujours sous la pression des régulateurs qui remettent en cause plus que jamais la traditionnelle politique des taux fixes du crédit immobilier pratiquée en France. La politique des taux planchers fait donc peser un risque sur les établissements bancaires en cas de remontée.

Bon à savoir

Le secteur est aussi pressé par les pouvoirs publics de mieux favoriser la concurrence sur l’assurance emprunteur, dont les banques détiennent un monopole quasi-exclusif. Une perte de marché sur ce secteur pousserait les banques à augmenter leur taux. Enfin, le retournement favorable de la tendance économique impactera sur la hausse des taux. Dopée par une croissance molle, la France redresse doucement la tête. Un mouvement qui devait inspirer le même mouvement du côté des taux.