Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Location de vacances : ce qui va changer pour les Français cet été !

Location de vacances : ce qui va changer pour les Français cet été !

Comme le chantait le groupe Élégance, dans les années 80, Vacances j'oublie tout. Plus rien à faire du tout. J'm'envoie en l'air ça c'est super ! Alors que 70 % des Français vont partir en vacances, cet été, Amivac s’est interrogé sur le fait de savoir - entre autres choses - où ils se rendraient, dans quelles conditions et pour quel budget…

Location de vacances : ce qui va changer pour les Français cet été !

Sommaire

« Les vacances d’été, c’est sacré ! »

Selon une étude menée par Opinion Way pour Amivac, un site du groupe SeLoger spécialisé dans les locations de vacances et réalisée entre le 11 et le 15 juin auprès de plus de 1 000 vacanciers, cet été,  ce sont 7 Français sur 10 qui partiront en vacances. L'enquête nous apprend également qu’alors que 10 % des personnes interrogées hésitent encore, 60 % de celles qui partiront en vacances n’avaient encore effectué aucune réservation lorsqu’on leur a posé la question et 15 % préféraient attendre le dernier moment pour réserver. Enfin, 32 % de ceux qui ont reporté leurs vacances déclarent qu’ils prendront leur mal en patience et patienteront jusqu’à ce que la crise soit terminée. « Plus d’un vacancier sur deux aura réservé avant la fin juin. C’est certes tardif par rapport aux années précédentes mais cela ne condamne absolument pas le bilan de la saison estivale » précise Séverine Amate, Porte-Parole Amivac.

« Euh, et si on décide d'annuler la réservation, ça se passe comment ? »

Dans un contexte de doute et d’incertitude, il ressort de l’enquête de l’enquête diligentée par Amivac que plus de 8 vacanciers sur 10 porteront une attention toute particulière aux conditions d’annulation de leur séjour. Crise du Covid-19 oblige, ce sont 83 % des vacanciers qui étudieront attentivement les conditions devant être réunies pour qu’ils puissent annuler leur réservation.

« Là où il n’y a pas d’hygiène, il n’y a pas de plaisir… »

Sans pour autant céder à la mysophobie, cette peur obsessionnelle de la saleté et des microbes, force est tout de même de constater que les Français ont été échaudés par la crise sanitaire… Rien d’étonnant, donc, à ce que 70 % des vacanciers avouent être particulièrement regardants sur les chartes sanitaires mises en place par les sites de réservation en ligne afin de lutter contre le Covid-19. Et pour 1 Français sur 5, les mesures d'hygiène appliquées par le loueur lui-même arrivent désormais en tête des critères intervenant dans le choix d’une location de vacances.

« Douce France, cher pays de mes vacances… »

Alors que seuls 5 % des Français partiront en vacances hors des frontières européennes, 77 % passeront leurs vacances d'été dans l’hexagone. Bien sûr, la crise du coronavirus et les restrictions qui s’ensuivent ont pesé dans ce choix. Pour autant, ce qui motive 34 % des vacanciers à ne pas quitter le territoire en juillet et en août, c’est davantage la volonté de contribuer à la reprise en soutenant l’économie française que le Covid-19. « Les vacances made in France ont la cote auprès des vacanciers. Plus de 3 Français sur 4 opteront pour l’hexagone pour leurs congés d’été, notamment pour jouer le jeu et soutenir l’économie française » indique Séverine Amate, Porte-Parole Amivac.

« Please, do not disturb ! »

À en croire les résultats de notre enquête, 1 Français sur 4 semble envier le personnage de Tom Hanks dans le film Seul au Monde, naufragé sur une île déserte suite au crash de son avion dans le Pacifique… En effet, 24 % des personnes interrogées rêvent, pour leurs vacances, de pouvoir s’adonner à des activités de plein air, dans le respect de la distanciation sociale et sans risquer d’être dérangées. Bref, pour vivre heureux, vivons isolés ! Pour 53 % des Français, c’est le besoin de grand air qu’ils vont chercher à combler en partant en vacances et 29 % sont en manque espace…

« Attention, changement de plan ! »

Les crises bouleversent les habitudes et obligent à s’adapter ! Selon notre étude, plus de la moitié (58 %) des Français ont ainsi été contraints de modifier leurs plans et leurs habitudes de vacances pour cet été. Si les « aoûtiens » restent plus nombreux que les « juillettistes » (50 % vs 34 %), force est de constater que 39 % des vacanciers ont dû décaler les dates de leurs séjours à cause du Covid-19. « La crise Covid-19 a surtout amené près de 6 vacanciers sur 10 (58%) à changer leurs plans pour cet été : dates, destination mais également une attention particulière portée sur les modalités d’annulation » note Séverine Amate.

Et le budget dans tout ça ?

Lorsque l'on demande aux vacanciers leur Top 3 des critères pour choisir un hébergement : c’est le prix qui revient en 1er pour 75 % des vacanciers. Ils sont d'ailleurs 18 % à déclarer avoir revu leur budget à la baisse cette année. Pour 80 % des vacanciers, le budget alloué aux vacances ne dépassera pas 1 000 € par semaine. Alors que 37 % consacreront entre 500 et 1 000 € par semaine à leurs vacances, 43 % des Français ont prévu de dépenser moins de 500 €.

Les plages du sud de la France devraient faire le plein de vacanciers !

Cet été, beaucoup de Français préfèreront passer leurs vacances à la montagne ou encore à la campagne. Pour autant, la fascination et le pouvoir d’attraction des plages méridionales restent intact !  Ce sont ainsi 29 % des vacanciers qui mettront le cap sur la région PACA. La Bretagne séduit, quant à elle, 19 % des vacanciers. Quant au Languedoc-Roussillon 16 % des Français ont prévu d'y passer leurs vacances d’été. « Parmi les territoires les plus attractifs, ce sont les régions PACA, Bretagne et Languedoc-Roussillon qui s’affichent en destinations phares pour cette saison qui démarre à peine » explique Séverine Amate, Porte-Parole Amivac. Enfin, il est à noter que le Var tire son épingle du jeu en s’affichant en tête des destinations les plus recherchées sur Amivac !

Pas de baisse massive des tarifs à la location, cet été !

Alors que 4 bailleurs saisonniers sur 5 s’attendent à ce que la crise sanitaire impacte le taux de remplissage de leurs locations, une large majorité (83 %) d’entre eux refuse de brader leurs logements, cet été. Seuls 15 % des propriétaires envisagent de baisser leurs tarifs locatifs et 2 % n’excluent pas de les augmenter !

Plus de conseils :