Normandie : le marché immobilier boosté par la crise sanitaire !

02 déc 2020
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le marché immobilier en Normandie connaît une tendance haussière depuis la crise sanitaire. En forte tension, il est victime de son succès, notamment sur le littoral, de plus en plus plébiscité comme lieu de villégiature.

Image
Normandie : le marché immobilier boosté par la crise sanitaire !
En Normandie, l’immobilier est en plein boom et la résidence secondaire tire son épingle du jeu sur le littoral. © StevanZZ

Sommaire

La demande normande en forte hausse

Région stable depuis une dizaine d’années, la Normandie a bien résisté à la Covid-19 et ce notamment grâce à un marché solide et des prix en adéquation avec le pouvoir d’achat immobilier des Normands. La crise sanitaire a tout de même boosté les prix dans cette région, déjà très dynamique en 2019. « Nous avons eu l’an dernier notre année record en termes de transactions et les prix sont en hausse constante depuis début 2020 », confirme Caroline Nicolosi, directrice d’une agence Stéphane Plaza au Havre.

Et pour cause, selon notre étude SeLoger, au Havre, la demande à l’achat en novembre a augmenté de 64 % par rapport à 2019 et la hausse atteint même à 78 % à Évreux et Giverny ! « La crise nous a en fait apporté une accélération de la mise en œuvre de certains projets », précise Caroline Nicolosi. « Couplé à l’effet rebond en mai, nous avons vécu un été assez fou en termes d’achats et de ventes. Je crois que le confinement a permis aux acquéreurs de mûrir leur projet ».

Image
<em>Modifier Article</em> Normandie : le marché immobilier boosté par la crise sanitaire !
Au Havre, comme dans le reste de la Normandie, les prix et la demande augmentent mais l'offre peine à tenir le rythme. © SeLoger

Pénurie de biens immobiliers depuis la crise sanitaire

Une vague d’achats frappe la Normandie et réduit très fortement le nombre de biens immobiliers disponibles, lesquels sont loin de combler la demande. Bien au contraire, l'offre recule dans presque toute la Normandie. Avec -29 % à Deauville, elle chute aussi de 41 % à Granville et même de 69 % à Cherbourg ! Même dans les villes où elle ne baisse pas, le déséquilibre est vertigineux, comme à Caen : « En 38 ans de métier je n’ai jamais connu une telle pénurie de biens », reconnaît Eric Chantrait, directeur de l’agence du théâtre. « Il y a quelques années, j’avais 250 biens à cette période. Là, il m’en reste une vingtaine… et sur les logements les mieux placés, on a dix acheteurs pour un vendeur ! »

Évolution de l'offre et de la demande à l'achat en Normandie sur un an

Ville Demande Offre
Caen + 69 % + 3 %
Cherbourg + 54 % - 69%
Deauville + 53 % - 29 %
Dieppe + 66 % - 41 %
Etretat + 63 % - 13 %
Évreux + 78 % - 12 %
Giverny + 78 % + 62 %
Granville + 65 % - 41 %
Le Havre + 64 % + 5 %
Rouen + 40 % - 14 %

Source : SeLoger 

Le littoral normand : nouvel Eldorado de la résidence secondaire

L'engouement pour la Normandie s’explique aussi par ses atouts. Idéalement située entre la région parisienne et la mer, elle offre en majorité des maisons individuelles dans un environnement verdoyant aux prix modérés. « Le télétravail permet maintenant d’envisager une vie entre le Havre et Paris, ce qui profite aux Parisiens qui veulent trouver un peu de verdure et d’air marin, mais la vague d’investisseurs franciliens est là depuis 2017 », explique Caroline Nicolosi.

Mais dans d’autres villes du littoral, le boom s'est réellement produit suite à la crise sanitaire et il concerne surtout la villégiature. « Presque la moitié de notre activité concerne de la résidence secondaire actuellement. Les pieds à terre dans le centre-ville sont surtout achetés par des Parisiens », pointe Lionel Vepierre, directeur de l’agence AS Immobilier de Dieppe. « Nous avons l’une des plages les plus proches de Paris et cette localisation est très prisée. On est passé de 130 mandats actifs à moins de 100 aujourd’hui » constate Lionel Vepierre. Mais les biens immobiliers vendus après le déconfinement n’ont pas été remplacés. En effet, si la demande a augmenté de 66 % sur un an à Dieppe, l’offre, quant à elle, s’est effondrée avec - 41 %.

L'évolution des prix au m² dans 5 grandes villes normandes

Ville Prix au m² Évolution sur un an
Caen 2 626 € + 7,2 %
Cherbourg 2 008 € + 12,5 %
Évreux 1 551 € + 4,9 %
Le Havre 2 226 € + 9,7 %
Rouen 2 570 € + 4,2 %

Vers un ralentissement du marché immobilier en 2021 ?

Cette surchauffe du marché immobilier normand peut-elle durer ? La plupart des agents normands en doutent. D’abord, parce qu’ils espèrent un retour de l’activité économique, qui calmerait les peurs des acquéreurs. « Actuellement les gens ont peur de perdre leur épargne à cause du contexte économique alors ils investissent dans la pierre, qui est la dernière vraie valeur refuge, mais la tendance finit toujours par s’inverser. C’est beaucoup de psychologie, il suffit d’une petite hausse des taux d’intérêts et ça se calme », analyse Eric Chantrait. Même son de cloche pour Romain Vannoote, agent immobilier près de Rouen, qui table sur une baisse de la demande l’année prochaine.

Caroline Nicolosi, pour sa part, ne serait d’ailleurs pas surprise que les prix commencent à baisser au Havre, après la flambée post-confinement : « On a senti beaucoup d’urgence depuis mai mais les choses se calment depuis dix jours et les vendeurs reviennent car certains ont désormais la nécessité de vendre après les difficultés économiques engendrées par la crise. » Mais tous s’accordent sur le fait que l’avenir reste incertain et dépendra grandement de l'évolution de la situation sanitaire.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !