Rechercher un article

A Nice, des personnes âgées expulsées de leur maison pour construire une route

A Nice, des personnes âgées expulsées de leur maison pour construire une route

Le maire de Nice, Christian Estrosi, se félicite de cette décision d’expulsion, nécessaire à la poursuite de la construction d’une route reliant la ville au stade de football de l’Allianz Riviera.

A Nice, des personnes âgées expulsées de leur maison pour construire une route

C’est, pour le maire de Nice, une bonne nouvelle : « Je me félicite que nous puissions continuer la réalisation de cette nouvelle voie urbaine, outil indispensable à notre projet de développement économique », a indiqué Christian Estrosi, le maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur. Deux sœurs et le mari de l’une d’elles disposent d’« un délai de 15 jours à compter de la signification de la décision » pour quitter les lieux, assure-t-il. L’affaire avait été examinée le 26 novembre lors d’une audience du juge de l’expropriation du tribunal de grande instance Nice à la suite d’une ordonnance d’expropriation datant de juillet 2012.

Les octagénaires doivent quitter leur maison de famille

Des travaux avaient été lancés en septembre dernier par la métropole de Nice, dont C. Estrosi est le président, considérant que la résistance de la famille Venturino-Carabalona ne serait pas éternelle. Ces trois personnes âgées sous tutelle et curatelle refusaient de quitter leur maison de famille et souhaitaient y mourir. Des travaux destinés à construire une voie de 40 mètres prévue pour relier la ville au stade de l’Allianz Riviera avaient été lancés… de chaque côté de la maison. Le temps presse : cette artère devra être achevée avant l’été dans la perspective de l’Euro 2016, au mois de juin prochain !

Le préfet ordonnera-t-il l'explusion ? 

Gilles Zamolo, le mandataire de la famille Venturino-Carabalona, assure que « l’expulsion elle-même, avec le concours de la force publique, est une décision qui relève en dernier ressort du préfet (…) La famille refusera de quitter les lieux tant que les aménagements dans la villa de relogement n’auront pas été effectués », ce qui devrait prendre « plusieurs mois », a-t-il indiqué.

La rédaction vous conseille :