Immobilier : les marges de négociation sur les prix rétrécissent comme peau de chagrin

En Bretagne (ici Vannes dans le Morbihan), les marges de négociation restent élevées (7,1 % pour les maisons et  7 % pour les appartements). ©Dominique VERNIER
partage(s)

Si les nuits rallongent, les ristournes obtenues lors de l’achat d’un logement dans l’ancien auraient plutôt tendance à rapetisser… État des lieux des marges de négociation des prix de l’immobilier en France.

Les négociations sont en net recul : 3,8 % de marge !

Au vu des chiffres récoltés par le baromètre LPI-SeLoger, on constate qu’en septembre dernier, les marges de négociation des prix de l’immobilier ancien ont baissé plus que de coutume. Selon Michel Mouillart, Professeur d’Économie à l’Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, c’est la « modération dont font preuve les vendeurs dans leurs offres » qui tend à expliquer cette tendance baissière. Et d’ajouter que dans le cas des appartements, les marges de négociation se situent à leur niveau « le plus bas de ces dernières années ».

Les marges de négociation des prix des appartements…

… se situent à leur niveau « le plus bas de ces dernières années ». 

En Midi-Pyrénées, la décote pour une maison culmine à 2,6 % du prix

Cette tendance baissière dans laquelle s’inscrivent les marges de négociation des prix immobiliers à fin septembre touche notamment l’Île-de-France (3,8 % pour les maisons / 2,8 % pour les appartements), la Champagne-Ardenne (3,9 % pour les maisons / 3 % pour les appartements) ainsi que les régions Rhône-Alpes (3,6 % pour les maisons / 3,8 % pour les appartements) et Midi-Pyrénées (2,6 % pour les maisons / 3,8 % pour les appartements).  

Marges de négociation baromètre prix immobiliers LPI SeLoger novembre 2016

En Bretagne, les ambitions des vendeurs restent élevées

Il est toutefois intéressant de noter que dans certaines régions, les ristournes pouvant être obtenues sur les prix de vente affichés de certains logements restent importantes. C’est le cas en Picardie (6,8 % pour les maisons / 7,8 % pour les maisons) où le marché immobilier demeure fragile. Mais aussi en Bretagne (7,1 % pour les maisons / 7 % pour les appartements). Car en plus d’avoir des chapeaux ronds, dès lors qu'il s’agit d’estimer leurs biens immobiliers, nos amis bretons sont loin de manquer d’ambition !

Bon à savoir

  • C’est en Basse-Normandie que les ristournes sur les appartements (9,8 %) sont les plus importantes. Et en Bretagne pour les maisons (7,1 %).
  • En Midi-Pyrénées, la marge de négociation pour une maison ne dépasse pas 2,6 % en moyenne.
  • En Auvergne, comptez sur une réduction d’environ 1,1 % de son prix pour un appartement.