Marseille, le prix de l'immobilier s’envole dans un marché sous haute tension

20 juin 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

S'appuyant, entre autres, sur l'accessibilité du prix de son immobilier (en comparaison des autres métropoles), Marseille poursuit sa croissance à grande vitesse et continue d’attirer les acquéreurs extra-régionaux. Ceux-ci y trouvent un compromis optimal entre vie au bord du littoral méditerranéen et effervescence urbaine et culturelle. Seul hic, la demande explose et les biens disponibles à la vente se raréfient… 

Image
Marseille
Le prix de l'immobilier augmente de 6,1 % sur 1 an. ©ansharphoto

Sommaire

Un marché immobilier phocéen largement sous-offreur

Contrairement à Lyon, où l’insuffisance de l’offre pousse les acquéreurs vers les villes limitrophes et induit mécaniquement une baisse des prix in situ, Marseille, une fois n’est pas coutume, ne fait pas dans la norme. Avec un marché en « hypertension », les biens à la vente s’y font rares et les stocks, quasi inexistants. Quant à la demande, toujours plus pressante, elle reste concentrée dans l’enceinte même de la ville, sans véritable mouvement de report vers les communes alentours. Actuellement, trouver un logement répondant aux critères actuels relève presque du parcours du combattant. Ceci expliquant cela, les candidats à l’achat se bousculent en nombre lors des visites, doivent se montrer réactifs et, bien souvent, prendre leur décision sur-le-champ, au risque de laisser un « coup de cœur » leur filer entre les doigts.

Image
À Marseille, les prix des logements progressent de 6,1 % sur 1 an. ©Keitma
À Marseille, les prix des logements progressent de 6,1 % sur 1 an. ©Keitma

+ 6,1 % : le prix immobilier phocéen s’emballe mais reste attractif

En pleine ébullition immobilière, la cité phocéenne témoigne d'une attractivité qui n'est plus à démontrer, et cela à l’instar d’autres villes de l’Hexagone comme Lille, Montpellier, Nice ou encore Rennes. Comme le confirme Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger : « sur ces territoires, les augmentations sont redevenues les plus rapides sur les villes-centre, les communes périphériques ne bénéficiant plus aussi fortement qu’auparavant du déplacement de la demande. Elles expriment aussi la rareté des biens disponibles dans le centre des métropoles ».

Malgré sa montée en puissance et son emplacement privilégié, la deuxième ville la plus peuplée de France reste la plus accessible de ses consœurs. Jugez plutôt, le prix du m², à Marseille atteint 3 390 € dans l'ancien, quand, à titre d’exemple, il faudra débourser 4 983 €/m2 pour investir à Nice, 4 093 €/m2 à Rennes, 3 891 €/m2 à Lille ou encore 3 574 €/m2 à Montpellier. 

Rien de surprenant, dès lors, que le prix de la pierre phocéenne monte en flèche. Selon les données du Baromètre LPI-SeLoger, les prix dans l’ancien augmentent de 6,1 % sur 1 an, et même dépassent les 10 % de hausse annuelle dans quatre arrondissements :

  • le 3e (+ 13,1 %),
  • le 7e (+ 11,8 %),
  • le 10e (+ 15,7 %)
  • et le 13e (+ 10,6 %).

Le prix du m² dans le 10e arrondissement de Marseille enregistre la plus forte hausse avec une progression de 15,7 % sur 1 an. 

Ces arrondissements qui sont la locomotive du marché phocéen 

Au global, tous les arrondissements marseillais affichent des prix à la hausse à l’exception du 6e (3 853€/m2), en recul de 1,2 % sur 1 an. Les plus plébiscités – et les plus onéreux – restent encore et toujours les 7e (4 858 €/m2) et 8e (4 359 €/m2).

Au sud du Vieux-Port, face aux îles du Frioul ou le château d’If, le 7e conserve la préférence des acquéreurs les plus aisés – dont nombre de Parisiens –, et enregistre ce mois-ci une forte croissance (+ 11,8 %) du prix de son immobilier. Les quartiers les plus huppés – Endoume, Bompart, Roucas Blanc, proposent de beaux appartements aux prestations de qualité, mais aussi de riches villas qui s’arrachent à prix d’or, les plus chics pouvant facilement s’échanger autour de 9 000 €/m2 dans leur moyenne haute.

Image
Les prix phocéens et leur évolution, arrondissement par arrondissement. ©DR
Les prix phocéens et leur évolution, arrondissement par arrondissement. ©DR

5 arrondissements où le prix dépasse 3 390 €/mm²*

Arrondissement Prix/m²
2e 3 400 €
5e 3 719 €
6e 3 853 €
7e 4 858 €
8e 4 359 €

* le prix moyen à Marseille pour un appartement dans l'ancien, Ndlr

Source : Baromètre LPI-SeLoger - mai 2022

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !