Le vrai prix immobilier dans 34 villes de France

Le vrai prix immobilier dans 34 villes de France

Dans la plupart des grandes villes, les appartements anciens affichent des prix en progression. Pour connaître toutes les tendances immobilières (haussières, baissières ou stationnaires), c’est vers le baromètre LPI-SeLoger qu’il faut vous tourner.

À Lyon et à Nantes, des prix immobiliers qui augmentent rapidement

À Lyon et à Nantes, on assiste à une hausse des prix immobiliers signés (c’est-à-dire des prix relevés au moment de la signature du compromis). Cette augmentation se vérifie d'ailleurs aussi bien sur le trimestre (+ 3,2 % pour la capitale ligérienne où le m² se négocie autour de 3 093 € et + 6 % pour la capitale des Gaules où le m² avoisine les 3 847 €) que sur l’année (+ 2,5 % à Nantes et + 1,6 % à Lyon). Mais comme le fait remarquer Michel Mouillart, Professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et Porte-Parole du baromètre LPI-SeLoger, ce qui frappe, dans ces deux villes, ce n’est pas tant la hausse que les prix de leurs appartements anciens connaissent mais plutôt le fait que cette progression « s’est récemment accélérée ».

Prix immobilier - LPI-SeLoger avril 2016

Bon à savoir

  • À fin mars 2016, 73,5 % des grandes métropoles françaises affichent des prix en hausse.

À Tours et à Perpignan, le m² voit son prix baisser

Tout comme le village de nos irréductibles Gaulois préférés (Astérix et Obélix, pour ne pas les citer) qui résiste encore et toujours à l’envahisseur romain, certaines villes résisteraient-elles au mouvement de hausse des prix immobiliers observé sur une large portion du territoire ?  Toujours est-il qu’à Tours (- 7,6 % / 2 377 € du m²), à Mulhouse (- 4,8 % / 1 527 € du m²) mais surtout à Perpignan (- 10,5 % / 1 673 € du m²), la tendance sur les douze derniers mois est baissière.

Prix immobiliers 34 villes en France - LPI-SeLoger

Lille et Grenoble en voie de stabilisation

En marge des villes où l’on assiste à une hausse (Lyon, Nantes) ou à une baisse (Tours, Perpignan) du prix de l’immobilier ancien, certaines métropoles se caractérisent par des « tendances de prix qui restent incertaines (…) et n’offrent pas de perspectives d’amélioration à court terme ». C’est notamment le cas à Angers et à Marseille. En ce qui concerne Lille ou Grenoble, en revanche, Michel Mouillart mise plutôt sur une stabilisation prochaine des prix des appartements anciens.

Bon à savoir

  • En France, le prix moyen au m² d’un logement ancien est de 3 277 €.

La rédaction vous conseille :